Diabète de type 1

Le diabète sucré de type 1 est une maladie classique auto-immune spécifique à un organe, qui entraîne la destruction des cellules β du pancréas produisant de l'insuline avec l'apparition d'un déficit absolu en insuline.

Les personnes atteintes de cette maladie ont besoin d'un traitement par insuline pour le diabète de type 1, ce qui signifie qu'elles ont besoin d'injections d'insuline quotidiennes.

Un régime, un exercice régulier et une surveillance constante de la glycémie sont également très importants pour le traitement.

Qu'est ce que c'est

Pourquoi cette maladie survient-elle et de quoi s'agit-il? Le diabète sucré de type 1 est une maladie auto-immune du système endocrinien, dont la principale caractéristique diagnostique est:

  1. Hyperglycémie chronique - élévation du taux de sucre dans le sang.
  2. La polyurie, conséquence de ceci - la soif; perte de poids; appétit excessif ou diminué; fatigue générale grave du corps; douleur abdominale.

Les cas les plus fréquents de jeunes (enfants, adolescents, adultes de moins de 30 ans) peuvent être congénitaux.

Le diabète se développe quand il se produit:

  1. Production d'insuline insuffisante par les cellules endocrines du pancréas.
  2. Perturbation de l'interaction de l'insuline avec les cellules des tissus corporels (résistance à l'insuline) à la suite d'une modification de la structure ou de la diminution du nombre de récepteurs spécifiques de l'insuline, d'une modification de la structure de l'insuline elle-même ou d'une violation des mécanismes intracellulaires de transmission du signal des récepteurs aux organelles cellulaires.

L'insuline est produite dans le pancréas - l'organe situé derrière l'estomac. Le pancréas est constitué d'amas de cellules endocrines appelées îlots. Les cellules bêta des îlots produisent de l'insuline et la libèrent dans le sang.

Si les cellules bêta ne produisent pas suffisamment d'insuline ou si le corps ne répond pas à l'insuline présente dans le corps, le glucose commence à s'accumuler dans le corps au lieu d'être absorbé par les cellules, ce qui conduit au prédiabète ou au diabète.

Les causes

Bien que le diabète soit l'une des maladies chroniques les plus courantes sur la planète, la science médicale ne dispose toujours pas d'informations claires sur les causes du développement de cette maladie.

Souvent, pour développer le diabète, les conditions préalables suivantes sont nécessaires.

  1. Prédisposition génétique
  2. Le processus de désintégration des cellules β qui composent le pancréas.
  3. Cela peut se produire à la fois sous effets indésirables externes et sous auto-immune.
  4. La présence de stress constant de nature psycho-émotionnelle.

Le terme "diabète" a été introduit pour la première fois par le médecin romain Aretius, qui a vécu au deuxième siècle de notre ère. Il a décrit la maladie comme suit: «Le diabète est une terrible souffrance, peu fréquente chez l'homme, qui dissout la chair et les membres dans l'urine.

Les patients, sans cesse, rejettent de l’eau en continu, comme par des conduites d’eau ouvertes. La vie est courte, désagréable et pénible, la soif est insatiable, la consommation de liquide est excessive et sans commune mesure avec l'énorme quantité d'urine due à un diabète encore plus important. Rien ne peut les empêcher de prendre des liquides et d'excréter de l'urine. Si pendant une courte période ils refusent de prendre des liquides, leur bouche se dessèche, la peau et les muqueuses s'assèchent. Les patients ont des nausées, ils sont agités et meurent en peu de temps.

Que se passera-t-il si non traité?

Le diabète est terrible pour son effet destructeur sur les vaisseaux sanguins humains, petits et grands. Les médecins des patients qui ne traitent pas le diabète sucré de type 1 donnent un pronostic décevant: développement de toutes les maladies cardiaques, lésions aux reins et aux yeux, gangrène des extrémités.

Par conséquent, tous les médecins ne préconisent que le fait que, dès les premiers symptômes, vous devez contacter un établissement médical et procéder à des tests de sucre.

Les conséquences

Les conséquences du premier type sont dangereuses. Parmi les conditions pathologiques sont les suivantes:

  1. Angiopathie - lésion des vaisseaux sanguins à la base du déficit énergétique des capillaires.
  2. Néphropathie - lésion des glomérules rénaux sur fond de troubles circulatoires.
  3. Rétinopathie - lésions de la rétine oculaire.
  4. Neuropathie - dommages aux membranes des fibres nerveuses
  5. Pied diabétique - caractérisé par de multiples lésions des membres avec mort cellulaire et apparition d'ulcères trophiques.

Les patients atteints de diabète de type 1 ne peuvent pas vivre sans thérapie de remplacement de l'insuline. Avec une insulinothérapie inadéquate, pour laquelle les critères d'indemnisation du diabète ne sont pas atteints et dans l'état d'hyperglycémie chronique, des complications tardives commencent à se développer rapidement et à progresser.

Les symptômes

Le diabète de type 1, maladie héréditaire, peut être détecté par les symptômes suivants:

  • soif constante et, par conséquent, miction fréquente, conduisant à la déshydratation;
  • perte de poids rapide;
  • sentiment constant de faim;
  • faiblesse générale, détérioration rapide de la santé;
  • L’apparition du diabète de type 1 est toujours aiguë.

Si vous découvrez des symptômes du diabète, vous devez immédiatement subir un examen médical. Si un tel diagnostic est posé, le patient nécessite une surveillance médicale régulière et une surveillance constante de la glycémie.

Diagnostics

Le diagnostic de diabète de type 1 dans la grande majorité des cas est basé sur l'identification d'une hyperglycémie à jeun importante et au cours de la journée (postprandiale) chez les patients présentant des manifestations cliniques sévères d'un déficit absolu en insuline.

Des résultats montrant qu'une personne est atteinte de diabète:

  1. La glycémie à jeun dans le plasma sanguin est égale ou supérieure à 7,0 mmol / l.
  2. Lors d’un test de tolérance au glucose de deux heures, le résultat était égal ou supérieur à 11,1 mmol / l.
  3. Dans une mesure aléatoire, la glycémie était de 11,1 mmol / l ou plus, et il existait des symptômes de diabète.
  4. Hémoglobine glyquée HbA1C - 6,5% ou plus.

Si vous avez un lecteur de glycémie à domicile, mesurez simplement votre sucre, sans avoir à vous rendre au laboratoire. Si le résultat est supérieur à 11,0 mmol / l - il s'agit probablement d'un diabète.

Méthodes de traitement du diabète de type 1

Il faut immédiatement dire que le diabète au premier degré ne peut être guéri. Aucun médicament ne peut relancer les cellules qui meurent dans le corps.

Les objectifs du traitement du diabète de type 1:

  1. Gardez votre glycémie le plus près possible de la normale.
  2. Surveiller la tension artérielle et d’autres facteurs de risque cardiovasculaires. En particulier, obtenir des résultats normaux des analyses de sang pour le «mauvais» et le «bon» cholestérol, la protéine C-réactive, l'homocystéine et le fibrinogène.
  3. Si les complications du diabète surviennent, détectez-les dès que possible.
  4. Plus le sucre est proche de la normale chez le diabétique, plus le risque de complications au niveau du système cardiovasculaire, des reins, de la vue et des jambes est faible.

Le traitement du diabète de type 1 est principalement axé sur la surveillance constante de la glycémie, des injections d’insuline, de l’alimentation et de l’exercice physique. L'objectif est de maintenir la glycémie dans la plage normale. Un contrôle plus strict de la glycémie peut réduire de plus de 50% le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral lié au diabète.

Insulinothérapie

La seule option possible pour aider un patient atteint de diabète sucré de type 1 consiste à prescrire un traitement par insuline.

Et plus tôt le traitement est prescrit, meilleur sera l’état général du corps, car le stade initial du diabète sucré de grade 1 se caractérise par une production insuffisante d’insuline par le pancréas, qui cesse ensuite de le produire. Et il est nécessaire de l'introduire de l'extérieur.

Les doses de médicaments sont sélectionnées individuellement, tout en essayant d’imiter les fluctuations de l’insuline d’une personne en bonne santé (maintien du niveau de base de la sécrétion (non associé à la prise d’écriture) et postprandial - après un repas). Pour ce faire, appliquez de l'insuline ultracourte à action courte, moyenne et longue, dans différentes combinaisons.

L'insuline généralement prolongée est administrée 1 à 2 fois par jour (matin / soir, matin ou soir). De l'insuline courte est injectée avant chaque repas - 3 à 4 fois par jour et au besoin.

Régime alimentaire

Pour bien contrôler le diabète de type 1, vous devez apprendre beaucoup de choses différentes. Tout d'abord, déterminez quels aliments stimulent votre sucre et ceux qui ne le font pas. Le régime alimentaire pour diabétiques pourrait bien être utilisé par toutes les personnes qui suivent un mode de vie sain et qui souhaitent préserver leur jeunesse et leur force physique pendant de nombreuses années.

Tout d'abord c'est:

  1. Exclusion des glucides simples (raffinés) (sucre, miel, confiserie, confiture, boissons sucrées, etc.); consomme principalement des glucides complexes (pain, céréales, pommes de terre, fruits, etc.).
  2. Conformité avec les repas réguliers (5-6 fois par jour en petites portions);
    Limiter les graisses animales (saindoux, viande grasse, etc.).

Une inclusion suffisante dans le régime alimentaire des légumes, des fruits et des baies est utile car ils contiennent des vitamines et des oligo-éléments, sont riches en fibres alimentaires et fournissent un métabolisme normal dans le corps. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que certains fruits et baies (pruneaux, fraises, etc.) contiennent une grande quantité de glucides, de sorte qu’ils ne peuvent être consommés qu’en tenant compte de la quantité quotidienne de glucides dans l’alimentation.

Pour le contrôle de la glycémie, un indicateur tel qu'une unité de pain est utilisé. Elle a introduit pour contrôler la teneur en sucre dans les aliments. Une unité de pain équivaut à 12 grammes de glucides. L'élimination d'une unité de pain nécessite en moyenne 1,4 unité d'insuline. Ainsi, il est possible de calculer le besoin moyen du patient en sucres.

Le régime numéro 9 du diabète implique la consommation de graisses (25%), de glucides (55%) et de protéines. Une restriction en sucre plus forte est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Activité physique

En plus de la diète, de l’insulinothérapie et d’une bonne maîtrise de soi, les patients doivent conserver leur forme physique en pratiquant les activités physiques déterminées par le médecin traitant. Ces méthodes cumulatives aideront à perdre du poids, à prévenir le risque de maladies cardiovasculaires et d’hypertension artérielle chronique.

  1. Lors de la pratique, la sensibilité des tissus du corps à l'insuline et le taux d'absorption de celui-ci augmentent.
  2. La consommation de glucose augmente sans portions supplémentaires d'insuline.
  3. Avec des entraînements réguliers, la normoglycémie se stabilise beaucoup plus rapidement.

L'exercice physique affecte fortement le métabolisme des glucides, il est donc important de se rappeler que, pendant l'exercice, le corps utilise activement les réserves de glycogène, de sorte qu'une hypoglycémie peut survenir après l'exercice.

Diabète de type 1: symptômes, traitement, nutrition et régime alimentaire

Le diabète sucré de type 1 est appelé insulino-dépendant. Cette maladie du système endocrinien humain et de nombreux mammifères est associée à une déficience ou à une absence totale de l'hormone insuline dans le corps, responsable du transport du glucose à travers les membranes cellulaires.

Contrairement au diabète du premier type, chargé de cours aigus (labile), le diabète du second type n’est pas directement lié à la synthèse de l’insuline et a un développement plus détendu, bien qu’il ne soit pas moins rusé pour les effets à long terme.

Douce vie amère

Sucre - carburant pour toutes les cellules du corps - nerf, graisse, muscle, peau. Mais pour que les molécules de glucose pénètrent dans la cellule, elles ont besoin d'une clé à insuline. S'il n'y a pas de clé ou si elle est produite en quantité insuffisante, le glucose commence à s'accumuler de manière incontrôlable dans le sang. Une telle "vie douce" pour le corps n'est pas du tout douce. L'excès de sucre détruit les parois des vaisseaux sanguins, des microangiomes apparaissent - dommages aux vaisseaux rénaux, qui reprennent l'essentiel du travail visant à éliminer l'excès de sucre, et des macroangiomes - dommages aux gros vaisseaux principaux, cause d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques, ainsi perte de vision irréversible.

Un patient diabétique veut boire tout le temps, la miction devient plus fréquente. Le nom "diabète" du grec ancien peut être traduit par "siphon" - ne comprenant pas parfaitement la nature de la maladie, les médecins antiques en ont capturé l'essence - le corps commence à tourner au ralenti en chassant l'eau à travers lui-même.

Les reins, en essayant d'éliminer l'excès de glucose dans le sang, travaillent avec le maximum d'effort, mais le diabétique ne soulage ni l'alcool ni les grandes quantités d'urine. Le fait est que les cellules du corps, ne recevant pas une nutrition adéquate de l'extérieur, commencent à se "manger" elles-mêmes, en digérant les réserves de graisses et de glucides. Les troubles du métabolisme glucidique entraînent une intoxication chronique du corps par les produits de décomposition, le poids corporel diminue. La maigreur douloureuse est un symptôme caractéristique du diabète de type 1, tandis que le diabète de type 2 chronique et lent est presque toujours accompagné d'obésité.

Causes et conséquences

Le pancréas est responsable du manque d’insuline naturelle. Le rôle du pancréas dans l'apparition du diabète chez l'animal a été confirmé en 1889 par Joseph von Mehring et Oscar Minkowski. Dans la glande, il existe des zones appelées îlots de Langerhans, qui contiennent des cellules bêta qui produisent de l'insuline. Ce nom lui-même vient du mot latin insula - "île". Il a été inventé en 1910 par le scientifique britannique Sir Edward Sharpay-Schaefer, qui a établi un lien entre l'activité endocrinienne de la glande et la perturbation du métabolisme des glucides.

Chez les patients atteints de diabète en raison de prédispositions génétiques, de blessures ou de maladies du pancréas et de perturbations auto-immunes, les cellules bêta produisent de l'insuline moins que la normale ou n'en produisent pas du tout. En conséquence, les symptômes typiques du diabète sucré du premier type apparaissent très rapidement:

  • faiblesse musculaire et fatigue;
  • soif et faim persistantes, qui n'empêchent ni une augmentation du régime alimentaire ni une consommation d'alcool abondante;
  • mictions fréquentes, aggravées la nuit. La quantité de liquide libérée est supérieure à la quantité de liquide consommée, une déshydratation et une insuffisance en ions potassium se développent.
  • perte de poids soudaine;
  • l'odeur de l'acétone qui vient de la bouche, de la peau, de la sueur et de l'urine. Il dit que dans le corps sont des processus extrêmement dangereux associés à l'accumulation dans le sang de corps cétoniques toxiques.

Contrairement au diabète à long terme du second type, qui n’est pas directement lié à la production d’insuline, le diabète insulinodépendant est aigu et a des conséquences fatales en l’absence de soins médicaux.

Le taux de sucre dans le sang augmente considérablement. À un taux de 5,5 à 6 mmol / litre, il peut atteindre 20 à 25 mmol / litre. Cela conduit à des complications terribles telles que l'acidocétose et le coma diabétique. Les produits du métabolisme des protéines et des graisses affectent tous les tissus et organes, principalement le système nerveux, le foie et les reins. La peau en souffre - elle sèche, se décolle, la moindre abrasion entraîne la formation d'ulcères non cicatrisants. Il existe un risque de développer une septicémie diabétique. Un système immunitaire affaibli ne peut pas faire face à des infections inoffensives. Les dommages aux parois des vaisseaux sanguins de l’œil mènent à la cécité.

Histoire et statistiques

Historiquement, le diabète de type 1 peut être considéré comme le principal, c’est lui qui a été diagnostiqué chez des patients avec des cliniciens anciens et médiévaux. Les premières descriptions d'une maladie semblable au diabète sucré de type 1 se retrouvent dans un papyrus égyptien antique, daté du 15ème siècle avant JC.

L'hyperglycémie a été déterminée sans dégoût... par le goût de l'urine. De même était le diagnostic chez les médecins de l'est ancien. Traduit des anciens Chinois, le diabète de type 1 est une "maladie de l'urine sucrée". Mais de vieux médecins indiens fastidieux ont posé un diagnostic, cherchant à savoir si les fourmis aimaient l'urine du patient. Le nom latin de diabète sucré - "diabète sucré" (diabète sucré) est apparu assez tard dans la littérature - au milieu du XVIIIe siècle.

Dans l’antiquité, l’espérance de vie moyenne n’excédait pas 30 ans et jusqu’à l’âge où le diabète de second type se développe habituellement, les gens ne survivent tout simplement pas. Et même s'ils vivaient, personne ne prêtait attention au «léger malaise» dans le contexte des épidémies et des guerres incessantes.

Le diabète de type 1 est parfois encore appelé «diabète juvénile». Ce n’est pas tout à fait juste. Il est possible de tomber malade à tout âge avec une hyperglycémie insulino-dépendante, bien que dans la plupart des cas, le processus pathologique se développe tout de même au cours des 25 à 30 premières années de la vie du patient. Le diabète chez les enfants est particulièrement dangereux: le bébé souffre de souffrances physiques, la maladie affecte souvent son développement général et entraîne inévitablement de nombreux problèmes liés à la nécessité de respecter scrupuleusement son régime alimentaire et son activité physique, ainsi que des injections régulières d'insuline.

Les scientifiques ont démontré que les stress permanents d'une société postindustrielle peuvent provoquer des modifications du système endocrinien, notamment la mort inexpliquée des cellules bêta des îlots pancréatiques. Il existe également des statistiques sur l'incidence du diabète du premier type parmi les représentants de différentes nations, ainsi que parmi les hommes et les femmes.

Les diabétiques du premier type sont 10 fois plus petits que les diabétiques du second.

La race mongoloïde s'est avérée être la plus vulnérable, suivie par les habitants de la planète à la peau sombre, puis les Blancs. Le plus grand pourcentage de patients enregistrés à Hong Kong, le moins - au Chili. Les jeunes femmes et les filles sont plus sujettes au diabète de type 1 que les hommes et les garçons, bien que ce soit l'inverse qui soit vrai pour le second type: le sexe fort est plus souvent malade.

Le monde a maintenant tendance à propager le diabète des pays développés vers les pays en développement. Sur le plan quantitatif, les diabétiques du premier type sont moins nombreux que ceux qui souffrent de diabète de type 2. Mais le succès de la thérapie de substitution donne un résultat paradoxal: avec une hyperglycémie insulinodépendante beaucoup plus dangereuse, l'espérance de vie des patients atteints de cette maladie est supérieure à celle de ceux qui souffrent du second type et considèrent leur maladie comme désagréable, mais non fatale.

Peut-on guérir du diabète?

Jusqu'au début des années 20 du 20ème siècle, le diabète de type 1 était incurable. Les patients sont décédés des suites d'un coma diabétique et de complications infectieuses dans leur enfance ou leur jeune âge.

Les tentatives pour trouver une panacée à la terrible maladie ont commencé immédiatement après que von Mehring et Minkowski aient découvert la cause fondamentale de la maladie et que Sharpay-Schaefer avait isolé l'insuline. En 1921, des scientifiques canadiens Frederick Banting, Charles Best et John MacLeod ont expérimenté sur des chiens que l'introduction d'un îlot de chien en bonne santé chez un animal dont le pancréas avait été extrait d'un extrait de tissu des îlots de Langerhans éliminait temporairement les symptômes du diabète. Pour le traitement des personnes, les scientifiques ont isolé l'insuline de vaches. En 1922, ils ont mené les premières expériences cliniques, qui ont abouti à un succès enchanteur. Les patients dans le coma et déclarés sans espoir, après des injections d’insuline, ont repris conscience et sont revenus à la vie. Pour cette découverte en 1923, Banting et McLeod reçurent le prix Nobel de physiologie et de médecine. L’anniversaire de Banting, le 14 novembre, a été déclaré plus tard par l’Organisation mondiale de la santé comme la journée internationale de lutte contre le diabète.

Traitement du diabète aujourd'hui

Depuis cent ans, le traitement du diabète de type 1 n’a pas fondamentalement changé. Il est toujours basé sur l’insuline sous-cutanée et intramusculaire, la posologie et la fréquence des injections étant déterminées par un contrôle régulier du taux de sucre dans le sang, elles sont liées aux repas et au programme d’activité physique.

Le défi des injections est de compenser les pics de glycémie immédiatement après un repas.

Afin de faciliter l'injection d'insuline par les patients, outre les seringues usuelles, des seringues spéciales sont utilisées. Elles ne nécessitent ni l'insertion de l'aiguille ni le vidage manuel de la seringue. Tout se fait en appuyant sur un bouton.

Injection de stylo seringue à insuline par voie sous-cutanée avec le diabète de type 1.

Pour obtenir une distribution optimale des doses d'insuline au cours de la journée, des pompes à insuline sont utilisées - des dispositifs manuels ou électroniques fixés au corps, capables de doser automatiquement le médicament, en fonction du témoignage du glucomètre intégré à la pompe et des sensations subjectives du patient.

Sous-vêtement pompe à insuline pour le diabète de type 1.

La pompe aide dans les situations non standard lorsqu'une augmentation ou une diminution situationnelle d'une dose standard d'insuline est nécessaire:

  • après une activité physique ou un sport, au moment où la dose doit être réduite;
  • pendant l'immobilité prolongée (par exemple, lors d'un long voyage en voiture) lorsque la dose doit être augmentée;
  • pendant la maladie, stress psychologique, menstruation chez la femme, lorsque la dose de base nécessite des augmentations répétées.

Les pompes modernes à commande électronique sont facilement adaptables à tous les modes et permettent au patient de mener une vie bien remplie sans penser à la maladie.

Pour les personnes souffrant de phobies et qui ne sont pas capables de s'injecter elles-mêmes, des inhalateurs et des comprimés d'insuline ont été développés pour se dissoudre sous la langue. Cependant, leur efficacité est bien inférieure à celle des injections ou de la pompe à insuline.

L'insuline a longtemps été synthétisée artificiellement, sans nuire aux animaux.

Diabète, nutrition et mode de vie

Bien que le traitement compensateur par l’insuline reste le facteur décisif dans le traitement du diabète du premier type, personne n’ignore la nécessité d’adhérer à un mode de vie sain et en particulier à la nutrition. Les personnes ayant une dépendance à l’insuline réagissent instantanément aux aliments à forte teneur en sucre, et le fait de ne pas trembler avec une maladie endocrinienne aussi grave n’apporte rien à l’organisme. Savoir ce que vous pouvez et ne pouvez pas manger est particulièrement important si le diabète est associé à des lésions organiques du pancréas, telles que la pancréatite. Dans ce cas, une nutrition adéquate maintiendra non seulement la teneur en sucre normale, mais préviendra également les complications du tractus gastro-intestinal.

Sept principes de nutrition dans le diabète

Les patients atteints de diabète de type 1 doivent se rappeler que la maladie n’est pas une phrase, mais seulement une raison de mener un mode de vie spécial et plutôt sain. Il est nécessaire de respecter les sept règles de base:

  1. Il faut régulièrement, au moins 4 fois par jour (et mieux - plus souvent).
  2. La valeur énergétique de la nourriture est répartie uniformément tout au long de la journée.
  3. La nourriture correspond au régime médical numéro 9, mais avec la plus grande diversité possible.
  4. Le tableau des calories des produits devrait être visible en permanence, vous devriez le vérifier, en prévoyant de manger tel ou tel produit.
  5. Chaque jour, vous ne devez pas boire plus de 1,2 à 1,5 litre de liquide (en fonction du poids), y compris les soupes.
  6. Au moins quatre fois par jour, vous devez contrôler votre glycémie. La première mesure est faite sur un estomac vide, le reste - après avoir mangé. De manière optimale, le problème de la surveillance du glucose est résolu par une pompe à insuline avec un compteur électronique connecté via une connexion sans fil à un ordinateur ou un smartphone ou avec un microprocesseur intégré.
  7. Au lieu de sucre, consommez des substituts de sucre, mais veillez à emporter des bonbons en cas de baisse soudaine de la glycémie.

L'hypoglycémie est une complication tout aussi redoutable liée au développement du coma diabétique et à une forte augmentation du taux de sucre. Cela se produit avec une forte augmentation de la consommation de glucose - pendant le stress, un effort physique considérable, dans l'éventualité où le patient s'injecterait de l'insuline, mais ne mangerait pas.

Que peut-on et ne peut-on pas manger avec le diabète?

Les interdictions sont strictes mais non absolues. Il existe des normes acceptables pour l'utilisation de presque tous les aliments «interdits».

Alors, qu'est-ce qui est impossible (ou presque impossible) de manger dans le diabète de type 1:

  • légumes riches en glucides - pommes de terre, haricots, betteraves, carottes, pois verts, salinité et conservation. La quantité maximale est de 100 g par personne et par adulte;
  • sucreries et pâtisseries - chocolat, sucreries, crème glacée, confiture, miel, biscuits secs, gâteaux, produits à base de farine à base de levure;
  • boissons gazeuses;
  • fruits sucrés, baies et jus de fruits. Ceux-ci incluent les bananes, les mangues, les raisins, les figues, les dattes, les raisins secs;
  • viande et poisson gras, frits et fumés.

Il n'est pas recommandé aux diabétiques de manger beaucoup de sel, d'abuser des épices et d'épices, de boire du thé et du café forts. En vertu de l'interdiction, toutes les boissons alcoolisées, en tant que calories, stimulent l'appétit, contiennent de l'eau et inhibent en outre le pancréas, ce qui n'est pas si facile.

Le respect d'un régime alimentaire pour diabétique de type 1 ne signifie pas un abandon complet des plaisirs gastronomiques. Voici une liste de ce que vous pouvez manger avec le diabète:

  • pain sans levure et pain de farine de seigle - jusqu'à 200 g par jour;
  • produits laitiers à faible teneur en matière grasse - principalement le kéfir, le fromage cottage et les casseroles à partir Crème sure et crème - faible en gras et pas plus d'une fois par semaine;
  • premiers plats - soupes de légumes, bortsch sur viande maigre, soupe aux champignons, okrochka, soupe de poisson;
  • bouillie de céréales sur l'eau. Autorisé toutes les céréales solides - sarrasin, riz, mil, avoine, maïs. Le porridge est une alternative à la norme du pain, s'il y a du porridge, alors sans pain. Avant l'insuline, les médecins avaient prescrit aux diabétiques de la farine d'avoine, estimant que cela aidait à combattre la maladie;
  • viande maigre, de préférence du poulet sans peau, cuite à la vapeur, à l'étouffée ou bouillie;
  • fromages à pâte dure non salés et allégés;
  • poisson blanc de mer bouilli ou cuit dans du papier d'aluminium;
  • œufs et omelettes à raison de 2 œufs au maximum, 2 fois par semaine;
  • légumes à faible teneur en glucides - chou et chou-fleur, tomates, concombres, aubergines, courgettes, patissons, potiron, oignons, poireaux, ail, divers légumes verts;
  • quantités limitées de fruits non sucrés - poires, pommes vertes, kiwi, agrumes.

Dans toutes les grandes villes et dans de nombreux centres régionaux, des magasins spécialisés vendant de la nourriture pour diabétiques sont en activité depuis longtemps. Des consultations d'experts et des centaines de recettes de cuisine familiale sont disponibles sur Internet. En adhérant à un régime alimentaire sain et en contrôlant la glycémie, vous pouvez mener une vie bien remplie, travailler, vous adonner à des passe-temps, faire du sport et de la créativité, avoir une famille et des enfants.

Diabétiques célèbres

Des dizaines de célébrités du 20ème siècle et du début de notre siècle ont souffert du diabète de type 1 et l'ont combattu avec succès. Beaucoup d'entre eux sont maintenant âgés, mais restent actifs et joyeux.

Edgar Alan Poe et Thomas Edison ont pu mener une grande vie créative avant même l'invention de l'insulinothérapie.

Voici quelques célèbres diabétiques du premier type:

Sylvester Stallone Mikhail Boyarsky Fille James Bond Halle Berry Modèle et actrice Sharon Stone Légende du football mondial Pelé

Diabète de type 1

En ce qui concerne le diabète de type 1, le médecin suppose généralement une maladie auto-immune systémique caractérisée par un déficit absolu en insuline. Malgré le fait que le diabète sucré du premier type ne soit détecté que chez 8 à 10% des patients diagnostiqués avec le diabète, il s'agit du cas le plus grave et crée le risque maximal pour la santé humaine, en particulier s'il n'est pas diagnostiqué à temps.

Histoire de cas

Les anciens Grecs connaissaient le diabète, mais ils pensaient que ce syndrome était associé à la pathologie de "l'incontinence hydrique" sur la base de l'un des symptômes les plus importants de la maladie - une soif insatiable et un débit urinaire excessif. Au fil du temps, le concept de syndrome a changé - aux XVIIe et XVIIIe siècles, il était déjà associé à l'incontinence de glucose ou à la maladie des «urines sucrées».

Ce n’est qu’à partir du début du XXe siècle que les véritables causes du diabète ont été révélées - Edward Albert Sharpay-Schaefer, qui a découvert le problème, a déterminé que la maladie dépendait directement de l’absence de substance inconnue alors libérée par les îlots de Langerhans dans le pancréas, et Frederick Banting, qui a reçu hormone bien connue et la mettre en pratique.

Depuis les années 1920, le développement rapide de la production d'insuline a commencé, bien que le mécanisme lui-même et les différences entre les types de diabète aient été confirmés deux décennies plus tard - le dernier «tournant décisif» a été établi par Harold Percival Himsworth, créant ainsi un paradigme concernant le déficit en insuline absolue du premier type et l'insuffisance relative en insuline du second type..

Raisons

Malgré le fait que le diabète sucré de type 1, en tant que maladie auto-immune classique, soit connu de la médecine conservatrice traditionnelle depuis près de 100 ans, les scientifiques n’ont pas encore découvert les raisons exactes de son apparition. Des études récentes dans ce domaine montrent que dans la plupart des cas, le processus est catalysé par les protéines des cellules du système nerveux, qui pénètrent dans la barrière hémato-encéphalique et sont attaquées par le système immunitaire. Comme les cellules bêta du pancréas possèdent des marqueurs similaires, ils sont produits par des anticorps produits de manière similaire par le corps, de sorte que le système immunitaire détruit l'insuline produite.

Les virus qui affectent les cellules pancréatiques peuvent apporter une certaine contribution au processus de démarrage de la maladie. Depuis plus de deux décennies, les experts ont constaté une augmentation du risque de diabète de type 1 chez les patients atteints de rubéole et de virus de Coxsackie, alors qu’il n’existe pas de théorie cohérente sur ce sujet.

En outre, certains médicaments et substances, tels que la streptozitsine ou certains types de poison de rat, peuvent endommager les cellules bêta et provoquer ainsi un manque d'insuline.

Le diabète de type 1 peut être transmis par héritage - la probabilité de contracter le diabète chez un enfant augmente de 5 à 10% si l'un de ses parents présente le diagnostic confirmé susmentionné.

Symptômes et signes du diabète de type 1

L’insuffisance de production d’insuline par les cellules endocrines peut entraîner les symptômes caractéristiques du diabète sucré de type 1:

  1. Bouche sèche et grande soif.
  2. Miction fréquente, surtout la nuit et le matin.
  3. Haut niveau de transpiration.
  4. Irritabilité accrue, dépression fréquente, sautes d’humeur, hystérie.
  5. Faiblesse générale du corps, accompagnée d'une faim intense et d'une perte de poids.
  6. Le beau sexe a de fréquentes infections fongiques de type vaginal difficiles à traiter.
  7. Troubles de la vision périphérique, yeux brouillés.

En l'absence de traitement approprié, le patient peut présenter des signes d'acidocétose de type diabétique:

  1. Nausées sévères et bâillonnement.
  2. Déshydratation du corps.
  3. L'odeur distincte de l'acétone de la bouche.
  4. La sévérité de la respiration.
  5. Confusion de conscience et sa perte périodique.

Diagnostics

La pratique médicale moderne propose plusieurs méthodes pour déterminer le diabète sucré de type 1, basées sur l'analyse des paramètres du métabolisme des glucides dans le sang.

Analyse du sucre à jeun

Il est loué le matin, 12 heures avant le test. Il est donc nécessaire de renoncer à la nourriture, à l'alcool et à l'activité physique, d'essayer d'éviter le stress, de prendre des médicaments ou des procédures médicales. La fiabilité du texte est considérablement réduite chez les patients après une opération, les personnes souffrant de problèmes gastro-intestinaux, de cirrhose du foie, d’hépatite, ainsi que les femmes en travail et les femmes en période de menstruation ou en présence de processus inflammatoires de différentes étiologies. Avec des taux supérieurs à 5,5 mmol / l, le médecin peut diagnostiquer l’état limite du prédiabète. Avec des paramètres supérieurs à 7 mmol / l et le respect des conditions du test, diabète de facto confirmé. En savoir plus sur les tests de glycémie.

Test de charge

Il s’agit d’un test sanguin classique à jeun. Après son administration, 75 grammes de solution de glucose sont administrés par voie orale au patient. Toutes les 30 minutes, des échantillons de sang pour le sucre sont prélevés pendant deux heures. La concentration maximale détectée de glucose dans le sang est la valeur de sortie du test. S'il se situe entre 7,8 et 11 mmol / l, le médecin détermine alors la tolérance au glucose altérée. Avec des taux supérieurs à 11 mmol / l - la présence de diabète.

Test d'hémoglobine glyquée

La méthode de laboratoire la plus précise et la plus fiable pour la détermination du diabète aujourd'hui. Elle dépend faiblement de facteurs externes (les résultats ne sont pas affectés par la prise de nourriture, l'heure du jour, l'activité physique, les médicaments, la maladie et l'état émotionnel), indique le pourcentage d'hémoglobine circulant dans le plasma sanguin, associé au glucose. L'indicateur est supérieur à 6,5% - confirmant la présence de diabète sucré - Résultats compris entre 5,7 et 6,5% - dans une condition prédiabétique avec une tolérance au glucose altérée.

En outre, lors des diagnostics complexes, le spécialiste doit s'assurer que le patient présente les symptômes classiques du diabète externes (en particulier la polydipsie et la polyurie), exclure les autres maladies et affections provoquant une hyperglycémie et clarifier la forme nosologique de diabète.

Après avoir appliqué toutes les mesures ci-dessus et énoncé le fait que le diabète est présent chez un patient, il est nécessaire de confirmer le type de maladie. Cet événement est réalisé en mesurant le niveau de C-peptides dans le plasma sanguin - ce biomarqueur caractérise la fonction de production de cellules bêta du pancréas et indique, à un taux faible, le diabète de type 1, respectivement, par sa nature auto-immune.

Traitement du diabète de type 1

Le diabète de type 1 est impossible à guérir complètement. Les traitements médicaux modernes ont pour objectif de normaliser les paramètres du métabolisme des glucides et de la concentration de glucose dans le sang, ainsi que de réduire les risques de complications.

Régime alimentaire et mode de vie sain

Le médecin prescrit un régime personnalisé à faible teneur en glucides avec le calcul des "unités de pain" utilisées - la norme conditionnelle correspondant à 10-13 grammes de glucides. Les aliments surchargés en glucides doivent être évités, ainsi que les aliments fractionnés. En outre, il est nécessaire d'arrêter de fumer, de consommer de l'alcool régulièrement et de suivre les instructions des médecins concernant les activités physiques contrôlées, telles que les activités aérobiques (course à pied, natation) et anaérobies (exercices de musculation et de cardio-training).

Insulinothérapie

La méthode de base pour compenser les troubles du métabolisme des glucides avec l'administration régulière de doses d'insuline sélectionnées individuellement par le biais de diverses méthodes. Dans les pays post-soviétiques, l'utilisation de stylos à seringue et de seringues à insuline classiques est courante, tandis que dans les pays occidentaux, la méthode de connexion d'une pompe automatique fournissant précisément le volume d'insuline requis est mieux connue. L’essence de la méthode est la corrélation maximale entre les doses d’insuline administrées et les normes physiologiques standard chez une personne en bonne santé. À cette fin, on utilise à la fois les types de médicaments combinés (action brève et prolongée) et les mono- dialogues selon la méthode intensifiée. Votre endocrinologue vous indiquera la posologie exacte et la fréquence d’utilisation des injections d’insuline, en fonction des aliments que vous mangez. N'oubliez pas: l'abus excessif d'insuline est source d'hypoglycémie et de nombreux problèmes connexes!

Techniques expérimentales

Au cours des dernières décennies, le monde scientifique a activement cherché des moyens alternatifs de lutter contre le diabète de type 1, qui pourrait devenir une alternative à la compensation classique du métabolisme des glucides. Toutefois, malgré les résultats encourageants de nombreuses études, il n’ya pas encore eu de grand saut. Les domaines les plus prometteurs sont le vaccin à ADN, rétablissant partiellement les fonctions des cellules bêta, ainsi que l’utilisation des cellules souches transformées en analogues matures du résultat de la production des îlots pancréatiques de Langerhans. Pour le moment, ces méthodologies, ainsi que d’autres, en sont au stade des tests préliminaires et pourraient être officiellement présentées au public dans les 5 à 8 prochaines années.

Contrôle des maladies associées

En cas de maladie associée, votre médecin peut vous prescrire des inhibiteurs de l'ECA (hypertension), de l'aspirine (prévention des crises cardiaques), des statines (réduction du cholestérol), Creon, festal, de l'aprotinine (lutte totale contre les lésions pancréatiques), une hémodialyse (pour le traitement du rhumatisme articulaire) problèmes) et d’autres actions conservatrices, chirurgicales et physiothérapeutiques nécessaires.

Traitement populaire du diabète de type 1

Le diabète sucré de type I est une maladie auto-immune grave avec laquelle une personne doit exister toute sa vie. La médecine traditionnelle postule des centaines de recettes qui peuvent théoriquement aider à combattre la maladie. Cependant, comme le montre la pratique médicale moderne, elles nuisent toutes à la thérapie complexe, en modifiant systématiquement les paramètres du métabolisme des glucides et en les rendant imprévisibles.

Si vous tenez à votre santé, passez des injections régulières d’insuline, respectez le régime alimentaire nécessaire et prenez d’autres mesures visant à maintenir un niveau de vie naturellement élevé, nous ne vous recommandons donc pas d’utiliser des recettes de médecine traditionnelle pour votre traitement.

Régime alimentaire pour le diabète de type 1

Un régime alimentaire pour le diabète de type 1 est une méthode de base pour contrôler la gravité légère et modérée, ce qui non seulement réduit la dose requise d'insuline régulière (ce qui réduit les effets secondaires de ce processus), mais permet dans certains cas de refuser complètement l'insulinothérapie pendant de longues périodes..

Nous recommandons une alimentation faible en glucides, à l'exception du pain, des pommes de terre, des céréales, des bonbons et des fruits riches en cet ingrédient. Son principe consiste à faire correspondre la quantité de glucides consommée avec des doses d'insuline régulières. Planifiez le menu à l'avance, essayez de varier la nutrition. Évitez les collations, divisez la consommation de nourriture en 4 séries et assurez-vous de manger des protéines à chaque repas!

Exclure du régime le sucre, les bonbons (y compris le soi-disant "diabétique"), les produits contenant des céréales (sarrasin, maïs, blé, riz blanc, etc.), les pommes de terre, les produits à base de farine, le pain (y compris le "pain diététique"). ") Muesli. Limitez considérablement la consommation de fruits (à l'exception des avocats) et de jus de fruits, citrouille, poivrons, tomates après traitement thermique, betteraves, légumineuses, plats cuisinés, collations emballées, lait concentré, yaourt, lait entier.

Produits à base de viande (y compris rouge, volaille), poisson, œufs, légumes verts (chou, courgettes, concombre, champignons, légumes verts, piments forts, épinards, tomates crues), fruits de mer, noix (en quantités raisonnables) ), le soja, ainsi que certains produits laitiers, en particulier le fromage à pâte dure (sauf la feta), le beurre naturel crémeux et la crème.

Exemple de menu pour la semaine

Ci-dessous, nous vous proposons un menu indicatif pour une semaine. Les produits individuels qu'il contient peuvent être remplacés, en tenant compte du nombre d '"unités de pain", du contenu calorique, de la concentration en glucides dans le produit et de la "résolution" de l'analogue sélectionné.

  1. Le lundi Nous prenons notre petit-déjeuner avec du fromage cottage, une cocotte et un concombre allégés. Nous mangeons du ragoût de poisson (250 grammes) avec une petite quantité de haricots. Nous dînons dans un avocat, dînons sur du riz noir avec des légumes autorisés.
  2. Mardi Nous prenons le petit-déjeuner poulet et omelette maigre de 2 œufs. Dîner soupe aux champignons avec une cuillère à café de crème sure. Nous dînons un verre de kéfir et nous dînons avec du boeuf bouilli accompagné d'une salade de légumes.
  3. Le mercredi Nous prenons le petit-déjeuner avec des légumes cuits, parsemés de fromage à pâte dure râpé. Soupe aux légumes, cuite dans un bouillon de poulet frais. Nous dînons avec une petite pomme verte et nous dînons avec une poitrine bouillie et une salade de chou frais.
  4. Jeudi Nous déjeunons avec des flocons d'avoine avec des fruits secs. Dîner ragoût de veau avec des légumes. Nous dînons 40 grammes d'amandes. Nous soupons dans un petit bol de sarrasin avec du chou à l'étouffé.
  5. Vendredi Pour le petit-déjeuner, nous préparons deux œufs durs et 50 grammes de fromage à pâte dure autorisée. Au déjeuner, nous mangeons du bœuf cuit dans du fromage, ainsi que de la salade de légumes. Nous dînons sur du thé non sucré et dînons sur des légumes cuits.
  6. Samedi Omelette de trois œufs et thé. Déjeuner avec soupe aux pois avec salade de dinde et chou. Nous dînons avec une petite poire et nous dînons avec du poisson bouilli.
  7. Dimanche Nous prenons le petit déjeuner avec des œufs au plat et du fromage. Dine le poisson au four avec des légumes. Nous dînons quelques avocats. Dîner avec des légumes cuits à la vapeur.

Diabète sucré de type 1: causes, symptômes et traitement

Le diabète de type 1 est généralement diagnostiqué chez les enfants et les jeunes adultes. La maladie survient lorsque le système immunitaire commence à détruire les îlots de Langerhans - cellules pancréatiques endocrines sécrétant l'hormone insuline. L'insuline réduit la concentration de glucose dans le sang et sa carence entraîne l'apparition d'une hyperglycémie chronique, d'une acidocétose et d'autres complications. Nous parlons des causes, des symptômes, des complications et du traitement du diabète de type 1.

L'insuline est une hormone pancréatique responsable du transport du sucre (glucose) dans les tissus de notre corps. Les cellules utilisent le sucre comme carburant. Si l'insuline ne suffit pas, le glucose ne pénètre pas dans les cellules mais s'accumule dans le sang. Dans ce cas, une personne développe un certain nombre de complications:

  • Déshydratation. Lorsqu'il y a trop de sucre dans le sang, le corps tente de le chasser avec l'urine. Des mictions fréquentes entraînent une perte de troubles hydriques et métaboliques, une baisse de la pression artérielle et une cyanose.
  • Perte de poids Les calories proviennent du glucose et de l'eau. C’est la raison pour laquelle beaucoup de personnes présentant une glycémie élevée maigrissent rapidement.
  • Acidocétose diabétique (ACD). Si le corps ne reçoit pas suffisamment de glucose, il commence à détruire les cellules graisseuses et les protéines dans les tissus musculaires. Ce processus conduit à la formation de cétones - des substances toxiques dont l’accumulation devient la cause du coma diabétique et peut mettre la vie en danger.
  • Dommage pour tout le corps. Avec le temps, une glycémie élevée peut endommager les nerfs et les vaisseaux sanguins, entraînant des troubles de la vision, de l’athérosclérose, des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Causes du diabète de type 1

Le diabète de type 1 est rare. Il n'est diagnostiqué que chez 5% de tous les patients diabétiques. Bien que la maladie touche généralement les enfants et les jeunes de moins de 20 ans, elle peut se réveiller à tout âge.

Les médecins ne connaissent toujours pas toutes les causes du diabète de type 1, mais plusieurs facteurs augmentent le risque de maladie.

  • Les gènes. 90% des patients atteints de diabète de type 1 ont une prédisposition génétique à la maladie. Certains groupes ethniques (par exemple, les Scandinaves et les Sardes) souffrent de diabète beaucoup plus souvent que d'autres. Si l’un des parents est atteint de diabète de type 1, le risque de développer la maladie augmente de 4 à 10%.
  • Virus. Coxsackie, le virus de la rubéole, le virus d'Epstein-Barr et les rétrovirus sont associés au diabète. On pense qu'ils peuvent provoquer une réaction auto-immune des cellules pancréatiques, mais les scientifiques ne disposent d'aucune preuve convaincante de cette théorie.
  • Médicaments. Une autre version à confirmer est l’effet toxique des médicaments qui endommagent les cellules bêta du pancréas, les empêchant de produire de l’insuline.
  • Bactéries En 2016, des scientifiques ont suggéré que le diabète de type 1 pourrait se développer en raison de bactéries qui provoquent une attaque des cellules T du système immunitaire contre leurs propres tissus et les cellules bêta du pancréas.
  • Régime alimentaire Seulement 30 à 50% des jumeaux identiques ont un diabète sucré de type 1 simultanément, ce qui signifie que des facteurs environnementaux influencent le développement de la maladie. Par exemple, les scientifiques ont associé au diabète certaines habitudes alimentaires: taux élevé de nitrate dans l’eau de boisson et faible apport en vitamine D.

Le diabète de type 1 peut coexister avec d'autres maladies auto-immunes: maladie de Basedow, vitiligo, etc.

Maladies connexes:

Symptômes du diabète de type 1

Les symptômes cliniques du diabète sucré dépendent non seulement de son type, mais également de la durée de l'évolution, de la présence de complications du cœur, des vaisseaux sanguins, des reins, du foie et d'autres organes et systèmes. En général, les médecins identifient plusieurs signes caractéristiques du diabète de type 1:

  • soif intense;
  • sensation de faim (même après avoir mangé);
  • bouche sèche;
  • des nausées et des vomissements;
  • douleur abdominale;
  • mictions fréquentes;
  • perte de poids inexpliquée (malgré le fait que le patient mange régulièrement et ne se plaint pas d'un manque d'appétit);
  • fatigue (faiblesse);
  • vision floue;
  • difficulté à respirer bruyamment (respiration Kussmaul);
  • infections fréquentes du système urinaire, du vagin ou de la peau (colpite, vaginite, furonculose);
  • syndrome du pied diabétique.

Symptômes dangereux du diabète de type 1 nécessitant des soins médicaux:

  • douleur abdominale;
  • haleine fruitée odeur;
  • troubles respiratoires;
  • confusion, tremblement;
  • s'évanouir

Diagnostic du diabète de type 1

Si vous suspectez un diabète de type 1, le médecin considère la présence de symptômes typiques d'hyperglycémie: augmentation de la formation d'urine (polyurie) et soif anormalement forte et inextinguible (polydipsie). Dans le même temps, il est nécessaire d'exclure d'autres maladies présentant des manifestations similaires: diabète insipide, insuffisance rénale chronique, polydipsie psychogène, hyperparathyroïdie, etc.

La glycémie est testée dans des conditions de laboratoire. Le diabète se caractérise par une teneur en glucose dans le plasma sanguin capillaire supérieure à 7,0 mmol / l à jeun et / ou supérieure à 11,1 mmol / l 2 heures après le test de tolérance au glucose.

Si l'hyperglycémie est confirmée, le médecin doit clarifier la forme du diabète. La distinction entre le diabète sucré de type 1 et de type 2 peut être réalisée par des anticorps anti-GAD et de jeûne et post-exercice post-exercice.

Traitement du diabète de type 1

Le diabète de type 1 est insulino-dépendant, mais beaucoup de personnes atteintes de cette maladie vivent longtemps sans ressentir les symptômes désagréables de l'hyperglycémie. La clé d'une bonne santé consiste à maintenir le niveau de sucre dans les limites que votre médecin déterminera. Les patients doivent vérifier régulièrement le taux de glucose dans le sang, suivre le régime alimentaire et faire de l'exercice.

Tous les patients atteints de diabète de type 1 doivent utiliser des injections d’insuline pour contrôler leur taux de sucre dans le sang. Il existe aujourd'hui plusieurs types d'insuline, qui diffèrent par le taux de déclenchement de l'action maximale et sa durée.

  • L'insuline à haute vitesse commence à agir environ 15 minutes après l'administration. Il atteint son apogée en environ 1 heure et fonctionne entre 2 et 4 heures.
  • L'insuline à action brève régulière commence à agir dans les 30 minutes. Il atteint un maximum en 2-3 heures et travaille de 3 à 6 heures.
  • L'insuline de durée d'action moyenne pénètre dans le sang en 2 à 4 heures, atteint son maximum en 4 à 12 heures et agit jusqu'à 18 heures.
  • Il faut plusieurs heures pour que l'insuline à action prolongée pénètre dans le sang, mais cela dure environ 24 heures.

Le médecin peut prescrire à un patient deux injections par jour à partir de deux types d’insuline différents, bien que le plus souvent, les patients nécessitent 3-4 injections par jour.

Des méthodes expérimentales de traitement du diabète de type 1 sont en cours de développement:

  • Transplantation de cellules pancréatiques. 52% des patients qui ont subi une greffe d'îlots deviennent indépendants de l'insuline, 88% se débarrassent des épisodes d'hypoglycémie graves et le taux de sucre dans leur sang reste dans les limites de la normale.
  • Vaccin à ADN BHT-3021. L'essence de cette méthode consiste à augmenter le niveau de C-peptides dans le sang et à restaurer la fonction des cellules bêta productrices d'insuline.

Comment vivent les patients atteints de diabète de type 1?

L'exercice dosé est une partie importante du traitement du diabète de type 1. Mais l'élaboration d'un programme d'exercices individuel doit être abordée avec beaucoup de soin, en équilibrant la dose d'insuline, la quantité et la qualité des aliments et le type d'activité physique.

Les exercices aident à dépenser l’apport en glucose dans les cellules musculaires. Les muscles restent sensibles à l'insuline même 24 à 48 heures après le sport. Si le patient choisit un effort physique intense, les médecins recommandent de réduire la dose d'insuline de 2 à 4 unités au coucher (pour éviter une hypoglycémie nocturne).

Le risque d'hypoglycémie dépend non seulement de l'intensité et de la durée de l'effort physique, mais également du taux de glucose sanguin individuel, du type et de la dose d'insuline. Il est nécessaire de discuter du plan de formation avec votre médecin.

La nutrition pour le diabète de type 1 dépend du type d'insuline utilisé et du nombre d'injections par jour. Avant de manger, vous devez planifier la quantité de glucides digestibles et tenir compte de l’indice glycémique des aliments.

Que se passe-t-il sans traitement: complications du diabète de type 1

Les patients qui contrôlent mal le diabète de type 1 s'exposent à des complications graves. Parmi eux se trouvent:

  • Rétinopathie Cette maladie des yeux touche 80% des adultes diabétiques âgés de 15 à 20 ans. Pour éviter tout danger, il est nécessaire de contrôler la glycémie, la pression artérielle, le cholestérol et les triglycérides.
  • Néphropathie Les lésions rénales surviennent dans 20 à 30% des cas de diabète de type 1. Au fil du temps, les risques augmentent. La maladie se développe habituellement 15 à 25 ans après l'apparition du diabète. Cela peut entraîner d'autres problèmes graves: insuffisance rénale et maladie cardiaque.
  • Mauvaise circulation sanguine et lésions nerveuses. Ces complications entraînent une perte de sensibilité et une détérioration de l'apport sanguin aux jambes, augmentent le risque de blessure et empêchent la cicatrisation des plaies.
  • Encéphalopathie. Il s’agit d’un dommage organique au cerveau qui entraîne des changements mentaux et augmente le risque de développer une dépression.