Cancer du rectum. Des signes qui devraient alerter

Le cancer rectal est caractérisé par la présence d'une formation maligne formée par l'épithélium, la couche recouvrant sa partie interne. Cette formation se développe dans les tissus du rectum. Le cancer colorectal affecte le plus souvent les personnes âgées.

Les tumeurs malignes dans le rectum par la méthode de localisation peuvent être divisées en celles qui recouvrent complètement la lumière, ainsi que les néoplasmes, n'occupant qu'une partie du passage.

Causes du cancer colorectal

Cancer rectal - un cancer assez commun

Il n’est pas encore possible de parler des causes du cancer colorectal. Les chercheurs considèrent que la colite ulcéreuse, la rectite et les fissures anales font partie des causes possibles de cette terrible maladie. Significatif et hérédité.

Si des membres de la famille ont eu des maladies telles qu'une polypose diffuse familiale ou un cancer du côlon ou du rectum dans la famille, l'hérédité est considérée comme la cause du développement de ces maladies chez un patient.

Dans la polypose diffuse, les polypes se développent à partir de la membrane muqueuse (néoplasmes bénins). Ils sont presque toujours hérités en raison d'une mutation génétique. Les polypes renaissent rapidement en tumeurs cancéreuses.

En outre, le développement du cancer provoque des caractéristiques de la nutrition. Si l’alimentation met l’accent sur la viande et les matières grasses, sans tenir compte des légumes, des fruits et des céréales, le risque de cancer du côlon augmente.

Cela entraîne une augmentation de la constipation, ce qui cause une irritation de la membrane muqueuse, l'intoxiquant par des toxines. Les causes possibles du cancer sont le surpoids et la sédentarité, combinés à une nutrition abondante. Les chercheurs ont également identifié des risques accrus de développement du cancer du rectum chez les fumeurs.

Selon les observations, les végétariens souffrent moins de cancer du rectum que les consommateurs de viande. Les personnes employées dans diverses industries dangereuses sont également très souvent touchées par cette maladie. Ces domaines d'activité particulièrement dangereux incluent la production d'amiante, l'industrie du bois. Le papillomavirus humain peut favoriser le développement du cancer dans cette région ainsi que sur le col de l'utérus. Une autre raison est le sexe anal, de sorte que les homosexuels passifs souffrent souvent de cette maladie.

Signes de cancer colorectal

Il existe plusieurs symptômes de cette maladie. Premièrement, il s’agit de signes non spécifiques. Ils ressemblent aux signes de nombreux autres maux. Il s'agit d'une légère augmentation de la température (37 ° C), d'une perte d'appétit, d'une faiblesse et d'une perception déformée du goût, de l'odorat.

Caractéristiques

Toute violation de l'acte de défécation doit être immédiatement alertée!

Cette pathologie présente des symptômes caractéristiques. C'est avant tout du mucus. Il peut être petit et peut paraître une quantité importante. Le mucus est sécrété dans tous les cas pour tous les types de tumeurs. Dans le mucus peut être mélangé avec du sang, du pus, même des fragments de la tumeur elle-même. Parfois, il y a des saignements.

La deuxième caractéristique importante est la modification de l'apparence des matières fécales. La forme devient allongée, mince.

Le problème est que certaines personnes qui souffrent d'hémorroïdes pendant longtemps perçoivent le saignement comme une manifestation d'une exacerbation de cette maladie. Par conséquent, ils ne vont pas chez le médecin. Et la situation s'aggrave assez rapidement.

Pour pouvoir faire la distinction entre le sang apparu à la suite d'une tumeur et le sang d'hémorroïdes, il est nécessaire de savoir que lors d'une hémorroïde, le sang sort à la fin de l'acte de défécation. Si le saignement est dû à une tumeur, le sang diluera complètement les selles.

L'envie de déféquer devient très douloureuse, croissante. De plus, les sensations apparaissent comme s'il y avait quelque chose d'étranger dans le rectum. Ces sentiments sont associés à la présence d'une tumeur dans cette zone.

Il existe des sensations douloureuses transmises au coccyx, au sacrum et au bas du dos. Leur raison est la germination de la tumeur dans la membrane externe du rectum, où les terminaisons nerveuses sont nombreuses. Tous les tissus en contact avec la tumeur sont compressés. Par conséquent, ils peuvent aussi être la cause.

Si la tumeur a affecté les parties supérieures de l'intestin, la constipation augmente, ce qui peut durer jusqu'à une semaine. De plus, lors de la constipation, une personne ressent des douleurs dans le bas de l'abdomen, des ballonnements et une lourdeur. Si une personne âgée souffre d'atonie intestinale, qui est un problème assez fréquent, il ne fera peut-être pas attention à la constipation en tant que signe de cancer. Après tout, il est en principe habitué à une diminution du niveau de fonctionnalité des organes digestifs, du pancréas et à une diminution de la bile.

Si la tumeur se forme dans la zone initiale du rectum, elle peut être déterminée par vous-même avec un examen tactile normal. Si la tumeur se développe dans les muscles responsables de la compression de l'anus, il existe alors des symptômes désagréables, tels que l'incontinence fécale (gaz). Si la tumeur se développe davantage et pénètre dans d'autres organes du pelvis, une incontinence urinaire apparaît.

Signes de négligence dans le cancer du rectum

Si le temps ne passe pas à l'action, la maladie progressera. Si le processus est déjà allé loin, alors les signes suivants seront observés:

  • douleur persistante et sévère dans le bas de l'abdomen;
  • les femmes peuvent être excrétées du vagin chez les femmes, ce qui se produit lorsqu'une tumeur se développe dans les voies urinaires et dans la région des organes génitaux internes de la femme et sous la forme de fistules;
  • En raison de la maladie susmentionnée, des processus inflammatoires se développent dans les organes génitaux féminins, dans les uretères. de plus, ils peuvent se lever et atteindre les reins;
  • si la tumeur a germé dans la paroi de la vessie, l'urine sera libérée de l'anus.

Les étapes du cancer du rectum

La coloscopie comme méthode d'examen rectal

Le diagnostic principal du cancer est une biopsie. Si l'analyse donne un résultat positif, la question se pose alors de savoir quelle méthode de traitement utiliser. Ils ne peuvent pas être correctement attribués sans une idée précise de l'étendue de la propagation de la maladie. Ils déterminent donc avant le début du traitement le stade de la maladie. Le stade dépend du degré de propagation de la tumeur, de son incidence sur les organes et les tissus environnants et de son ampleur.

  1. Stade 0 - ce stade est appelé cancer intraépithélial. La tumeur est localisée dans la partie interne du côlon (rectum).
  2. Stade 1 - la tumeur est dans la région de la membrane muqueuse, elle prend encore un tiers de la lumière intestinale, métastase pour le moment. Le taux de survie à cinq ans est assez élevé - 80%.
  3. Stade 2 - 2 A implique la croissance de la tumeur en dehors du rectum, elle peut atteindre 5 cm, les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints. 2 B - la tumeur est un peu plus petite, ne dépasse pas 5 cm, mais les ganglions lymphatiques sont touchés. Cette étape donne un taux de survie à cinq ans d'environ 60%.
  4. Stade 3 - la tumeur affecte plus de la moitié de la lumière rectale et affecte les ganglions lymphatiques. Mais d'autres tissus et organes restent intacts. Survie de cinq ans ne dépassant pas 20%.
  5. Stade 4 - La tumeur atteint tous les organes et tissus avoisinants, elle touche l'urètre, le vagin, les os du pelvis, l'utérus, les ganglions lymphatiques adjacents. Aucun patient ne peut vivre cinq ans.

Chaque cancer après un certain temps donne des métastases. Dans le rectum, en plus du cancer standard, des mélanomes et des sarcomes peuvent se former.

Prévention du cancer colorectal

Le cancer du rectum affecte rarement les personnes qui mènent un mode de vie sain, avec un régime alimentaire équilibré, sans fumer. Certains aliments sont très importants, tels que les champignons, l'ail, les oignons. Ils contiennent des substances à effet anticancéreux. Tout aliment végétal stimule le bon fonctionnement des intestins, ce qui en fait un moyen de prévenir cette terrible maladie.

Un effet positif de l'acide folique sur le retard de la formation de cellules cancéreuses a été révélé.

L'acide folique sous sa forme synthétique n'apporte pas grand bénéfice. Mais sous sa forme naturelle, il est très bien absorbé. Vous pouvez l'obtenir en mangeant des légumes verts. La résistance des fibres alimentaires aux enzymes fait des légumineuses et des haricots un très bon outil pour réduire le temps de contact des substances toxiques avec le corps.

Par conséquent, ces produits, ainsi que le riz brun et les fruits secs, devraient être utilisés pour améliorer les intestins. Il est très important de s’engager dans la prévention du cancer, à temps pour subir des tests. Ces activités permettent non seulement de remarquer une terrible maladie dans le temps, mais également d'éviter de nombreuses maladies gastro-intestinales moins complexes.

Prévisions

L'intervention chirurgicale donne une chance de vaincre la maladie

Il existe de nombreux exemples dans lesquels une personne a survécu après un traitement contre le cancer colorectal et a passé de nombreuses années avec ses proches. Le point clé pour déterminer le degré de survie est le stade auquel la maladie a été découverte et a commencé à être traitée.

Tout est individuel, il n'y a donc pas de chiffres exacts, mais des statistiques approximatives.

Selon les données disponibles, si la maladie a commencé à être traitée au premier stade, 70 à 80% des patients resteront en vie pendant cinq ans. Lorsqu'ils n'interfèrent avec le développement de la maladie qu'au deuxième stade, 60% seulement peuvent espérer vivre 5 ans.

Dans la troisième étape, seulement 30% des personnes resteront en vie pendant 5 ans. La maladie détectée au stade 4 ne garantit la survie que dans des cas exceptionnels, pas plus de 10%.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical du cancer colorectal est la méthode la plus courante pour faire face à cette terrible maladie. L'opération est assez compliquée, car il faut enlever la tumeur, nettoyer les zones situées à proximité. Dans le même temps, il faut veiller à ce que toutes les cellules affectées soient éliminées.

Complique le déroulement de l'opération et la zone touchée. Si le moindre mouvement imprécis peut blesser la zone du sphincter, le patient risque de ne pas pouvoir retenir les masses fécales. Si la tumeur a pénétré profondément, a touché les ganglions lymphatiques, une chimiothérapie sera nécessaire. Ces méthodes agressives d’influence sur le corps sont mises en œuvre afin de détruire toutes les cellules affectées pouvant contribuer à un nouveau cycle de la maladie.

Types d'opérations

Parfois, la tumeur est localisée près de l'anus.

La localisation de la tumeur par rapport à l'anus détermine la technologie de l'opération. Lorsque la tumeur est très proche de l'anus, exclusivement dans la membrane muqueuse, la tumeur est éliminée par l'anus.

Une telle opération s'appelle suppression transanale. Cette opération n'inclut pas l'ablation des ganglions lymphatiques. En fait, cela ne coupe même pas la peau. Le travail ne se fait que dans la couche musculaire. Au cours de l'opération, le médecin découpe lentement tous les fragments de la tumeur avec précaution. Ces opérations sont effectuées dans des cliniques européennes.

Si le cancer se situe dans la partie supérieure du rectum, une résection antérieure basse est indispensable. Au cours de cette opération, la cavité abdominale est coupée et la partie du rectum présentant une lésion tumorale est déterminée. Cette partie est ensuite retirée avec les ganglions lymphatiques. Après le retrait des zones touchées, les extrémités du côlon sont connectées. Après cette opération, l'intestin peut alors fonctionner conformément à toutes les règles.

Lorsque la tumeur est située près de l'anus, plus précisément à une distance ne dépassant pas 5 cm, on procède à une extirpation périnéale abdominale du rectum (WPT). L'opération consiste en une incision, une colostomie et une ablation subséquente du sphincter et des ganglions lymphatiques. Une colostomie consiste à retirer le côlon à l'avant de la cavité abdominale. À la suite de cette opération, le patient doit retirer les matières fécales dans le sac.

Autres thérapies

La radiothérapie est une méthode basée sur l'utilisation de rayons à haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses ou pour réduire leur niveau d'activité. La radiothérapie est réalisée à différentes étapes du traitement. Vous pouvez avant l'opération, vous pouvez après. La radiothérapie est associée à une exposition chimique à des cellules anormales. Faites-le quotidiennement pendant 5 jours par semaine. Cours complet - 6 semaines.

La maladie s'aggrave pendant le traitement: se développent une diarrhée, une somnolence, une fatigue, une irritation de la vessie et des intestins. Les effets secondaires disparaissent après le cours. La chimiothérapie avant la chirurgie vise à réduire la taille de la tumeur et, après la chirurgie, à détruire les cellules cancéreuses restantes.

Opinion professionnelle et traitement chirurgical du cancer colorectal, conférence vidéo:

Cancer rectal: symptômes, stades, traitement et pronostic à vie

Le cancer rectal est une tumeur maligne. Dans les cellules épithéliales du rectum, lorsqu’elles sont exposées à des facteurs cancérogènes, des modifications persistantes se produisent. Les colonocytes se divisent de manière incontrôlable, le mécanisme d'apoptose est perturbé (la cellule ne meurt pas après un certain nombre de divisions) et le cancer se développe. Puisque le rectum est une partie du côlon, ses tumeurs malignes sont appelées cancer colorectal (cancer du côlon).

Les symptômes

Bien qu'il existe des méthodes de dépistage et que le rectum soit disponible pour un examen visuel, le cancer rectal chez 30% des patients est retrouvé à un stade avancé. Cela est dû au fait que les patients n'attachent pas d'importance aux premiers signes d'une maladie en développement.

Aux premiers stades de la maladie est presque asymptomatique, les principaux signes de cancer apparaissent périodiquement. Au fur et à mesure que la maladie progresse, ils augmentent, de nouveaux symptômes apparaissent.

Premiers symptômes

La décharge pathologique est une caractéristique des premières étapes de l'apparition d'un néoplasme. Dans les fèces, trouvez:

  • Du sang Il se présente sous forme de stries et de mucus, généralement de couleur foncée, mais il peut aussi être écarlate. Aux premiers stades, le sang dans les selles apparaît périodiquement (2–3 semaines d'excréments peuvent être normaux, puis plusieurs jours avec du sang et une nouvelle période de bien-être apparent commence). Dans le cancer de l'ampoule, le sang s'accumule dans l'ampoule du rectum et coule pendant la défécation devant les masses fécales.
  • Mucus En raison de la néoplasie apparue, une rectite se développe, contribuant à une augmentation de la sécrétion de mucus. On le trouve avec des sécrétions sanglantes ou purulentes. Parfois, un mélange de mucus est sécrété avec des matières fécales sous forme de petites grappes de flocons blanchâtres translucides.

Les premiers signes de cancer sont les symptômes d'un dysfonctionnement intestinal:

  • Constipation Le cancer se caractérise par le fait que les selles après une longue rétention sont abondantes et dégagent une odeur fétide. Les patients se plaignent souvent d'un sentiment de vidange incomplète des intestins après un acte de défécation, entraînant de fausses impulsions. L'obstruction est caractéristique des tumeurs situées dans la région rectosigmoïde.
  • La diarrhée La diarrhée persistante, qui ne peut faire l’objet d’un traitement médical, est due au développement d’une rectite et est associée à une production excessive de mucus intestinal. Il existe une "fausse" diarrhée (avec une envie fréquente, une légère quantité de mucus, une masse sanguinolente).
  • Changer la forme de la colonne fécale. Dans le cancer du rectum, le symptôme est rare. Les masses fécales sont aplaties, sous forme de billes, de cordes, de filaments. Bien que ce symptôme soit plus caractéristique de la colite spastique, mais avec l'apparition systématique d'un symptôme, il est nécessaire de rechercher un cancer.

Le rectum étant divisé en 3 sections anatomiquement différentes, les symptômes du cancer dépendent de la localisation de la tumeur.

Pour le cancer ano-rectal caractérisé par:

  • se propager au-delà de la membrane muqueuse du canal anal;
  • violation de l'acte de défécation;
  • écoulement de sang, de mucus, de pus d'un ulcère ou d'une fistule survenant autour de l'orifice anal;
  • violation de la miction (avec implication dans le processus de la tumeur de l'urètre).

Dans le cancer ampullaire, la tumeur n'apparaît pas longtemps. Quand il devient de taille considérable, je me suis blessé ses masses fécales, et puis il y a:

  • saignements pendant ou après un acte de défécation;
  • pulsions fréquentes et douloureuses.
  • constipation fréquente, alternant parfois avec de la diarrhée;
  • douleur dans l'anus, augmentant avec l'acte de défécation, marchant.

Ces symptômes sont également caractéristiques des maladies rectales bénignes. Souvent, les patients ne font tout simplement pas attention aux premiers signes d’une maladie dangereuse, en particulier s’ils présentaient auparavant une colite, une rectite, des hémorroïdes. Commencez à prendre des médicaments qui éliminent les symptômes (cela rend difficile le diagnostic précoce du cancer), utilisez des suppositoires antihémorragiques. Parfois, n'hésitez pas à consulter un médecin, car les symptômes apparaissent périodiquement et s'expliquent facilement. Et la douleur dans les premiers stades est souvent absente. La tumeur est maintenant en expansion. L'état du patient se détériore.

Développement ultérieur des symptômes

Si la tumeur est exophytique (se développant dans la lumière intestinale), elle ne pénètre que rarement dans l’épaisseur de la paroi et le patient ne le gêne pas longtemps, jusqu’à ce qu’une obstruction mécanique se produise ou que la tumeur ne «tombe» pas de l’anus. À ce moment-là, elle est déjà capable de métastases.

La tumeur endophyte se développe rapidement à travers la paroi rectale, atteint le péritoine, le tissu entourant les parties ampullaire et ano-rectale du rectum, passe aux organes pelviens adjacents.

Au fur et à mesure que la pathologie progresse, les principaux symptômes augmentent:

  • Décharge pathologique. Aux stades ultérieurs, en raison de l'effondrement de la tumeur, l'addition d'infection en plus des muqueuses et des sécrétions de sang dans les matières fécales se traduit par des impuretés de pus. Dans les inflammations normales, le pus est généralement blanchâtre, verdâtre et, en cas de cancer, jaunâtre, brun.
  • La douleur Dans le cancer de la région ampullaire, la douleur apparaît lorsque la tumeur envahit toute l’épaisseur de la paroi intestinale. La douleur est associée à la germination de la tumeur dans le tissu voisin, à la compression des fibres nerveuses. Souvent, lorsque ce symptôme apparaît, on trouve des tumeurs négligées chez les patients. Les exceptions sont les tumeurs malignes de l'ampoule inférieure et de l'anus. Avec le cancer de ces services, la douleur apparaît tôt, elle brûle, les patients se plaignent de ce qu’elle augmente non seulement pendant les selles, mais rend également difficile la position assise.

Car le cancer du rectum se caractérise par l'apparition tardive de symptômes courants:

  • l'anémie;
  • la faiblesse;
  • perte de poids;
  • irritabilité;
  • nuance terreuse de la peau.

Avec la croissance de la tumeur, les patients se plaignent de douleurs au coccyx, au bas du dos, au sacrum. La performance est considérablement réduite en raison de fréquents faux envies nocturnes, une insomnie survient.

Une visite tardive chez le médecin a pour conséquence tardive que la tumeur se métastase. Les foyers secondaires apparaissent dans tous les organes. Le plus souvent, dans le cancer du rectum, les métastases affectent:

  • le foie;
  • les poumons;
  • cerveau, moelle épinière;
  • les glandes surrénales;
  • les os.

Le principal danger du cancer réside précisément dans le fait qu’ils se manifestent avec des manifestations cliniques mineures et que ce n’est qu’à ces derniers stades que la douleur et l’intensification des autres signes principaux incitent le patient à consulter un médecin.

Causes et facteurs de risque

Le cancer est difficile à traiter, non seulement parce qu'il est souvent découvert tardivement. Pour soigner une maladie, vous devez connaître la cause de son apparition. Malgré des recherches sur le cancer vieilles de plusieurs siècles, il est impossible pour quiconque de dire exactement pourquoi une tumeur maligne est apparue. Seuls les facteurs contribuant à l'apparition de cellules atypiques ont été identifiés:

  • l'âge (après 50 ans, le risque augmente de manière significative);
  • l'hérédité;
  • caractéristiques de la nourriture;
  • maladies associées (colite ulcéreuse, maladie de Crohn, etc.);
  • rayonnement ionisant;
  • environnement pollué;
  • risques professionnels;
  • micro-organismes (virus, parasites et même microflore intestinale);
  • mauvaises habitudes (tabagisme et abus d'alcool).

Bien que la nicotine ne provoque pas le cancer colorectal (elle contribue au développement du cancer des voies respiratoires, du poumon), elle augmente significativement le risque de métastases tumorales avec le cancer colorectal.

Le corps est affecté par divers agents cancérigènes, virus et micro-organismes (et même par la microflore intestinale) qui produisent des toxines responsables de la mutation cellulaire. Avec une exposition prolongée à des facteurs, des cellules atypiques apparaissent. Normalement, dès qu'une défaillance similaire se produit, la défense immunitaire est déclenchée, les cellules atypiques sont détruites. Si, en raison de l'exposition à des substances cancérogènes, la défense de l'organisme est affaiblie, un cancer se développe. Pour choisir un traitement adéquat et prévoir l'évolution future de la maladie, il est nécessaire de déterminer le stade de la maladie.

Classification du cancer et stades

Divers systèmes de classification du cancer sont maintenant largement utilisés. Le plus significatif:

Dans le système RGT, les désignations suivantes sont utilisées:

  • Ceci est un cancer non invasif. Des cellules atypiques sont apparues à la surface de l'épithélium.
  • T1 - tumeur inférieure à 1/3 de la circonférence et de la longueur du rectum, n'affectant pas la couche musculaire de la paroi intestinale.
  • T2 - la taille de la tumeur ne dépasse pas la moitié de la circonférence et de la longueur du rectum, s'infiltre dans la couche musculaire, ne provoque pas de restriction de la luxation rectale.
  • T3 - une tumeur dont la taille est supérieure à la moitié de la longueur ou de la circonférence du rectum, entraîne des limitations de biais, mais ne s'étend pas aux organes adjacents.
  • T4 - une tumeur affecte les structures voisines.
  • N0 - ganglions lymphatiques régionaux inchangés;
  • N1 - il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux. Dans le cancer de l'intestin, la présence de métastases est déterminée par lymphographie.
  • M0 - il n'y a pas de métastases à distance (dans d'autres organes);
  • M1 - métastases lointaines sont.
  • A - seule la membrane muqueuse est touchée par la tumeur;
  • B - germination de la paroi intestinale, ganglions lymphatiques régionaux inchangés, pas de métastases à distance.
  • C - la tumeur a germé à travers toutes les couches de la paroi intestinale, il existe des métastases régionales;
  • D - métastases à distance détectées.

Cancer rectal - symptômes chez les hommes et les femmes, premiers signes, stades, traitement

Le cancer rectal est une tumeur maligne qui se développe à partir des tissus de l'intestin (son épithélium interne). La tumeur qui en résulte peut toucher non seulement la paroi de l'intestin, mais aussi se développer et bloquer le tube digestif, se développer dans les ganglions lymphatiques, le foie et d'autres organes.

Comment le cancer se manifeste dans le rectum chez les hommes et les femmes, ce qui est prescrit pour le diagnostic et le traitement de cette maladie - envisager ensuite.

Qu'est-ce qu'un cancer du rectum?

Le cancer du rectum est une maladie qui se développe à la suite de la dégénérescence tumorale des cellules épithéliales de la membrane muqueuse recouvrant n'importe laquelle des sections du rectum et qui présente des signes caractéristiques de polymorphisme et de malignité cellulaires.

L'espérance de vie pour le cancer du rectum dépend de nombreuses caractéristiques: structure, type de croissance et localisation de la tumeur. Mais le facteur le plus important est le diagnostic précoce de la maladie, qui décuple les chances de mener une vie plus remplie!

Aux premiers stades, malheureusement, il n’ya aucun signe très clair de la présence d’une tumeur dans le corps. La tumeur elle-même se développe assez rapidement et a une nature maligne. Dans une certaine phase, il commence à métastaser aux ganglions lymphatiques et aux organes les plus proches.

Si nous considérons plus en détail la structure anatomique du rectum, nous pouvons distinguer trois domaines principaux:

  • Partie anale. C'est ici que se trouvent les sphincters, à travers lesquels la défécation est effectuée. C'est la dernière section de l'intestin et sa longueur est d'environ 3 cm.
  • Partie ampulaire. Dans cette zone, l'excès de liquide est éliminé des matières fécales et sa formation ultérieure avant d'être éliminé du corps. Sa longueur est légèrement inférieure à 10 cm.
  • Nadampular La section initiale du rectum d'une longueur d'environ 5 cm, qui est fermée par le péritoine.

Si nous parlons des zones le plus souvent touchées par une tumeur, la partie ampoule du rectum est ici la plus "populaire". C'est dans cette partie que les cellules cancéreuses se forment dans 80% des cas de lésions intestinales.

Classification

  • Très différenciée - la tumeur grossit plutôt lentement et n’est pas agressive.
  • Mal différencié - le tissu malin à croissance rapide se métastase rapidement.
  • Moyenne différenciée - A un taux de croissance et de développement modéré.

Un autre type de classification du cancer du rectum, basé sur la localisation des tumeurs malignes, les subdivise en tumeurs:

  • Anal (trouvé dans 10% des cas);
  • département rectosigmoïde (30%);
  • ampoule inférieure, moyenne et supérieure (60%) du rectum.

On distingue les formes suivantes de croissance tumorale rectale:

  • dans la lumière de l'intestin (il y a un composant tumoral dans la lumière de l'intestin - endophyte, du latin "endo" - à l'intérieur);
  • vers le tissu adipeux et les organes du petit bassin (en tant que tel, il n'y a pas de composant externe de la tumeur, elle forme une masse unique avec les tissus environnants - exophytique, du latin «exo» - extérieur).

Raisons

Les causes présumées de la maladie:

  • La rectite est une inflammation du côlon sigmoïde et de sa membrane muqueuse. Il a une nature spécifique (invasions helminthiques, gonorrhéique, syphilitique, tuberculose, etc.) ou est une conséquence de maladies aiguës qui n'ont pas été traitées.
  • Fissures chroniques et ulcères dans l'anus.
  • Prédisposition génétique.
  • Manque d'activité physique.
  • Hyperphagie et obésité.
  • Le tabagisme

Les tumeurs intestinales ont récemment atteint la 3ème place chez les hommes et la 4ème chez les femmes en termes de fréquence d'apparition, le cancer du rectum est à la 5ème place. L'incidence maximale se situe entre 70 et 74 ans et est de 67,1%.

Premiers signes

Le cancer est une maladie insidieuse, ses symptômes peuvent ne pas apparaître avant longtemps, jusqu'à ce que la tumeur atteigne un degré de développement significatif.

Au début, la maladie ne se manifeste pas à l'extérieur, alors que les cellules cancéreuses se forment et se propagent dans le corps. En répondant à la question de savoir comment reconnaître le cancer intestinal à un stade précoce, les médecins ne donnent pas de réponse définitive. La maladie est détectée par hasard - lors du passage d'un examen médical planifié ou du traitement d'un autre diagnostic. Au fil du temps, l’inflammation apporte quelques ajustements à la vie habituelle du patient.

Lorsque la pathologie du patient progresse, les premiers signes de cancer colorectal peuvent être les suivants:

  • défécation douloureuse;
  • modification de la consistance des masses fécales lors de la défécation;
  • la présence de mucus et de sang dans les selles;
  • récession.

Notez qu’à un stade précoce de la maladie, les symptômes peuvent être confondus avec les hémorroïdes et d’autres maladies similaires. Cependant, la marque de la maladie doit être notée l’émergence de sang de l’anus qui, contrairement aux hémorroïdes, se produit avant l’acte de défécation et non après. Également à la suite du développement d'une tumeur, on observe souvent du mucus et du pus dans les matières fécales.

Les étapes

La classification du cancer colorectal en fonction du stade du processus tumoral est basée sur les caractéristiques suivantes de la maladie:

  • Taille de la tumeur primitive;
  • La prévalence de la tumeur contre la paroi intestinale et la lumière;
  • Implication des organes adjacents dans le processus tumoral;
  • La présence de métastases dans les ganglions lymphatiques;
  • La présence de métastases dans des organes distants.

Le cancer du rectum est accompagné de métastases - des dépistages de la lésion principale, de même structure et capables de croître, perturbant les fonctions des organes dans lesquels ils sont tombés.

Les stades du cancer colorectal prennent en compte les caractéristiques du néoplasme lui-même, sa taille, sa pénétration dans les tissus environnants et la nature des métastases. Ainsi, les oncologues domestiques distinguent quatre stades cliniques au cours d’une tumeur:

  • Le stade 1, lorsque la tumeur ne dépasse pas deux centimètres, ne dépasse pas la couche sous-muqueuse et ne métastase pas.
  • Au stade 2, une tumeur pouvant atteindre 5 cm ne dépasse pas les limites de l'organe, mais peut se manifester sous forme de métastases dans les ganglions lymphatiques locaux.
  • L'étape 3 est accompagnée de la germination de toutes les couches de la paroi intestinale et de l'apparition de métastases dans les ganglions lymphatiques locaux.
  • Au stade 4 du cancer du rectum, tout le corps en souffre. La propagation des métastases s'accompagne d'une défaillance de l'organe dans lequel la nouvelle croissance tumorale a commencé. Avec la défaite des organes vitaux (cœur, poumons, cerveau, etc.) se développe un syndrome de défaillance multiviscérale, qui est la principale cause de décès des patients cancéreux.

Symptômes du cancer du rectum chez l'adulte

Le plus souvent, le schéma suivant est observé dans le développement de la maladie. Initialement, un polype adénomateux est formé dans le rectum. Cette tumeur n'est pas une menace directe pour la vie et n'est pas maligne. Cependant, au fil du temps, des changements se produisent dans le polype. La tumeur devient maligne et se transforme en un cancer qui se propage à travers le corps sous forme de métastases.

Les symptômes du cancer colorectal sont déterminés par le stade et le niveau de localisation de la formation. Ils comprennent:

  • Divers troubles dyspeptiques;
  • Saignements et autres impuretés pathologiques dans les matières fécales;
  • Violation des selles jusqu’à l’obstruction intestinale;
  • Signes d'intoxication générale;
  • L'anémie;
  • Syndrome de douleur

Les premiers symptômes dépendent de la localisation de la néoplasie. En plus des saignements qui se produisent chez presque tous les patients, la douleur est le premier signe en cas de faible incidence de cancer lors du passage au sphincter anal. Dans certains cas, la maladie survient lorsque les selles sont altérées, le plus souvent sous la forme de constipation.

Lorsque la tumeur commence à se développer, la constipation ne alterne pas avec la diarrhée, elles commencent à acquérir un caractère durable. Si une tumeur maligne du rectum commence à se développer rapidement, le patient présente une obstruction intestinale aiguë - une affection critique dans laquelle une intervention chirurgicale urgente n'est pas possible.

L'état d'un patient atteint d'un cancer du rectum dépend de la présence ou de l'absence de métastases.

  • Si la tumeur est située dans le rectum, le patient ne s'intéresse qu'aux troubles de la digestion, aux douleurs intestinales, au mélange de pus, de sang et de mucus dans les selles.
  • Si une tumeur se développe dans des organes voisins, il se produit alors des symptômes caractéristiques de leurs lésions. Avec germination dans l'utérus et le vagin - douleur dans le bas de l'abdomen, violation de la menstruation.
  • Pendant la germination dans la vessie - douleur dans le bas de l'abdomen, violation de la miction. Avec la propagation des métastases au foie - jaunisse, douleur sous la côte.
  • En cas de métastases multiples, l'état général du patient est perturbé: faiblesse, fatigue accrue, épuisement, anémie et augmentation de la température corporelle.

Chez les femmes

Le cancer du rectum chez les femmes peut germer dans les tissus de l'utérus ou du vagin. Les lésions cancéreuses de l'utérus n'affectent pas le tableau clinique général de la maladie, mais la germination de la tumeur dans les tissus de la paroi vaginale postérieure peut entraîner la formation d'une fistule rectovaginale. En conséquence, les gaz et les masses fécales commencent à être libérés du vagin féminin.

Les cellules cancéreuses sous l'action du sang et de la lymphe se propagent encore plus profondément dans l'organisme, ce qui entraîne la formation de métastases pouvant se produire dans les poumons, le foie ou dans des ganglions lymphatiques rapprochés.

Les symptômes du cancer colorectal chez la femme sont variés:

  • la présence de sang dans les matières fécales;
  • symptômes de douleur dans l'abdomen et dans l'anus;
  • constipation, augmentation des selles, diarrhée;
  • écoulement muqueux et purulent dans l'anus;
  • sentiment constant de faiblesse ou de fatigue;
  • flatulences, écoulement spontané de selles;
  • sensation de démangeaisons dans le périnée;
  • la présence de dysfonctionnement dans les organes génitaux;
  • métabolisme perturbé, ce qui provoque une diminution du développement global et de la croissance du patient.

Chez les hommes

Le cancer chez les hommes se développe souvent dans la paroi de la vessie, provoquant également une fistule rectovesique, à partir de laquelle les selles et les gaz sont extraits. La vessie est souvent infectée. La flore pathogène pénètre dans les reins par les uretères, provoquant une pyélonéphrite.

Les signes de cancer du rectum chez les hommes:

  • perte de poids nette;
  • sensation de douleur dans le sacrum, les organes génitaux;
  • impuretés du sang dans la consistance des selles;
  • fréquents voyages de nécessité;
  • constipation chronique.

La croissance maligne en l'absence des diagnostics nécessaires se développe rapidement, affectant d'autres systèmes et organes. Cela crée une pression accrue à l'intérieur du péritoine, aggravant ainsi le problème. C’est pourquoi il est important d’identifier rapidement l’étape initiale du développement de la maladie et de prendre toutes les mesures nécessaires.

Certains symptômes de cette maladie sont caractéristiques d’un certain nombre de maladies du tractus gastro-intestinal, dont les plus courantes sont considérées:

  • les hémorroïdes;
  • ulcère intestinal;
  • des troubles des processus digestifs;
  • prostatite

Très souvent, en raison de la similitude des symptômes, les patients n’y prêtent pas suffisamment attention à temps, ce qui réduit rapidement les chances de guérison.

Diagnostics

Seulement 19% des patients atteints de cancer sont diagnostiqués au stade 1-2. Seulement 1,5% des tumeurs sont détectées lors d'examens préventifs. La plupart des tumeurs de l'intestin tombent au stade 3. De plus, 40 à 50% des tumeurs du côlon nouvellement diagnostiquées développent des métastases à distance.

Dans la détection précoce du cancer colorectal, la première place appartient non pas aux symptômes de la maladie, que le patient lui-même remarque, mais à des signes objectifs. Par conséquent, les examens médicaux préventifs sont une méthode très efficace pour diagnostiquer le cancer du rectum à un stade précoce!

Le diagnostic est posé par le médecin proctologue, après l'étude du ballon. Il est capable de sentir une tumeur avec ses doigts si elle se trouve près de l'anus. Sinon, une sigmoïdoscopie est prescrite. Cette procédure vous permet de prendre un fragment de la tumeur pour des études de biopsie qui aideront à déterminer la nature de la formation.

Dans l'étude des femmes dans le même temps mené une étude du vagin pour évaluer le degré d'implication des organes reproducteurs dans le processus de la tumeur.

Pour un diagnostic plus précis en utilisant d'autres procédures:

  • examen proctologique complet;
  • biopsie suivie d'un examen histologique de l'échantillon au microscope;
  • Échographie;
  • tomographie par ordinateur;
  • radiographie de la cavité abdominale;
  • Irrigographie pour évaluer l'état du gros intestin;
  • la scintigraphie;
  • analyses de sang en laboratoire pour la recherche d'antigènes et de marqueurs tumoraux (cette méthode est utilisée à la fois pour le diagnostic primaire et pour le suivi de l'efficacité du traitement);
  • laparoscopie diagnostique.

Méthodes de traitement

Dans le traitement du cancer colorectal, la priorité est la méthode chirurgicale, qui consiste à retirer l’organe touché.

Est-il possible de se passer de chirurgie? En fait, probablement pas, puisqu'il s'agit du type de traitement principal. Vous devez comprendre que la chimiothérapie et la radiothérapie ne donnent pas 100% du résultat et ne détruisent pas toutes les cellules cancéreuses - c'est pourquoi il est nécessaire de retirer la tumeur à temps avec tous les tissus endommagés.

Options possibles pour le traitement chirurgical du cancer colorectal:

  • La variante de préservation d'organe (résection). Une telle opération n'est possible que si la tumeur est située dans les parties centrale et supérieure du rectum.
  • Une ablation complète du rectum (résection avec réduction du canal anal du côlon) est effectuée, suivie de la formation d'un rectum «artificiel» à partir des sections saines ci-dessus.

Thérapie préopératoire

En raison de ce stade, la probabilité de progression de la tumeur diminue, sa croissance ralentit et le pronostic pour le patient est significativement amélioré. Il est pratiqué chez des patients présentant un stade quelconque de la tumeur rectale. La taille de la dose et le besoin de médicaments de chimiothérapie sont déterminés par l'oncologue, en fonction du degré de développement du cancer.

En règle générale, seule la radiothérapie est utilisée avec une légère croissance de la tumeur (1 ou 2 degrés). Aux degrés 3 et 4, toute chimiothérapie (fluorouracile, leucovarine) est nécessairement associée à la radiation du patient.

Le processus de récupération après la chirurgie comprend:

  • Porter un pansement (ceinture de compression spéciale), qui réduit les tensions musculaires abdominales et la pression intra-abdominale.
  • Comportement actif - se lever 5 à 7 fois par jour.
  • Circulation indépendante dans les toilettes et les procédures.
  • Nourriture douce - manger des fruits, des légumes et limiter les aliments difficiles et gras.

La radiothérapie pour le cancer du rectum est montrée pendant les périodes:

  • avant l'opération - la zone où se trouve la tumeur est irradiée pendant 5 jours. À la fin du cours, l'opération est effectuée au bout de 3 à 5 jours.
  • après la chirurgie - en cas de métastases confirmées dans les UL régionales, dans un délai de 20 à 30 jours, une irradiation de 5 jours commence dans la zone tumorale et dans toutes les UL de la région pelvienne.

Soins aux patients pendant le traitement

Le diagnostic de soins postopératoires du cancer du rectum est le suivant:

  • changement fréquent de linge: lit et sous-vêtements;
  • dans la prévention des escarres: changer de position dans le lit et se retourner de l'autre côté ou à l'arrière en utilisant des matelas anti-escarres ou orthopédiques;
  • nourrir le patient en utilisant une sonde spéciale;
  • procédures d'hygiène;
  • fourniture de couches et doublures spéciales pour incontinence d'urine et de matières fécales;
  • soins de colostomie et remplacement du sac de colostomie.

Régime thérapeutique

Une bonne nutrition dans le cancer du rectum devrait faire l'objet d'une attention accrue. Le régime alimentaire doit être suffisamment nutritif et équilibré en termes qualitatifs et quantitatifs, et ne pas provoquer d'irritation de l'intestin.

Le régime alimentaire après la première intervention chirurgicale doit être aussi doux que possible, ne pas causer de diarrhée ni d’enflure intestinale. Commencez un repas après la résection avec un bouillon de riz, un bouillon faible en gras, une gelée de fruits sans fruits. Quelques jours autorisés:

  • Soupes à la muqueuse (c'est un bouillon de croup tendu).
  • Bouillie liquide bien râpée, bouillie dans de l’eau. La préférence est donnée aux grains grossiers de riz, d'avoine, de sarrasin.
  • Crème (seulement dans les plats jusqu'à 50 ml).
  • Bouillons à la semoule.
  • Une omelette aux œufs et aux protéines.
  • Un peu plus tard, la purée de poisson et de viande est introduite.

Afin de ne pas rater le développement de la maladie, le patient doit surveiller régulièrement l’oncologue. Actuellement, la fréquence de visite suivante est recommandée:

  • Les 2 premières années après la rémission - au moins 1 fois en 6 mois (recommandé 1 fois en 3 mois);
  • Après 3-5 ans - 1 fois en 6-12 mois;
  • Après 5 ans - chaque année.

Pronostic du cancer du rectum

Aucun spécialiste ne donnera une réponse sans ambiguïté sur le nombre de personnes vivant avec le cancer du rectum, car le pronostic de survie est établi individuellement pour chaque patient et est constitué de nombreux indicateurs.

Nous présentons les valeurs moyennes de survie à 5 ans des patients après un traitement adéquat:

Cancer rectal: premiers symptômes et signes, diagnostic, méthodes de traitement

Qu'est-ce que le cancer anal? Cela se produit généralement lorsqu'une tumeur ou une tumeur maligne commence à se développer, à se développer et à germer à partir de cellules épithéliales et à infecter les parois du rectum.

Aux premiers stades, malheureusement, il n’ya aucun signe très clair de la présence d’une tumeur dans le corps. La tumeur elle-même se développe assez rapidement et a une nature maligne. Dans une certaine phase, il commence à métastaser aux ganglions lymphatiques et aux organes les plus proches.

En général, on parle aussi de cancer colorectal d'une autre manière, puisque le rectum est combiné en un groupe avec le côlon. En général, la maladie est assez fréquente et se produit chez 10 à 20 patients pour 100 000 personnes. Dans le même temps, la majorité des cas ont plus de 40 ans.

L'avantage de cette maladie est qu'elle est assez souvent diagnostiquée au tout début d'un examen direct. Cela est précisément dû à la zone touchée et il est très facile pour le médecin de procéder à une palpation ordinaire afin de détecter un foyer tumoral dans le gros intestin. Dans le même temps, la tumeur elle-même est très sensible à la chimiothérapie et à d'autres types de traitement.

Causes du cancer colorectal

Il n'y a toujours pas de raisons exactes d'une maladie oncologique, mais nous tenterons de clarifier certains facteurs qui contribuent au développement du carcinome du colon.

  • Alcool
  • Le tabagisme
  • En surpoids.
  • Malnutrition - viande rouge, restauration rapide, etc.
  • Maladie de l'intestin.
  • Travail assis et mode de vie sédentaire.

À quoi ressemble le cancer du rectum?

Classification et types de cancer du côlon

Habituellement, avant de commencer le traitement, vous devez bien comprendre comment la tumeur se développe à ce stade. Combien coûte la défaite de l'intestin? Le tissu musculaire et les ganglions lymphatiques sont-ils endommagés et à quelle distance se trouve-t-il de l'anus?

Lieu de la tumeur

Types de cancer

Classification des métastases

  • Il y a une lésion des ganglions lymphatiques à proximité.
  • Distribution des métastases dans le tissu pelvien.
  • Dommages causés aux collecteurs lymphatiques para-aorte et inguinaux.
  • Métastases aux poumons, au foie et à d'autres organes distants.

Par agressivité

  • Très différenciée - la tumeur grossit plutôt lentement et n’est pas agressive.
  • Mal différencié - le tissu malin à croissance rapide se métastase rapidement.
  • Moyenne différenciée - A un taux de croissance et de développement modéré.

Symptômes du cancer colorectal

Comme beaucoup de maladies oncologiques, le carcinome du côlon au stade précoce est pratiquement invisible et ne se manifeste pas du tout. Dans ce cas, la tumeur peut atteindre le deuxième stade - germer en profondeur et avoir une taille impressionnante dès les premiers symptômes.

Habituellement, les patients sont traités avec des signes plus caractéristiques déjà aux derniers stades, lorsque la tumeur donne ses métastases aux organes, tissus et ganglions lymphatiques les plus proches. Considérez tous les signes du cancer colorectal.

Cancer rectal - les premiers symptômes

Habituellement, le tout premier signe est du sang dans les selles. Ensuite, vous devriez remarquer de petits caillots sanguins ou un assombrissement des selles. Cela est dû au fait que la tumeur commence à endommager les vaisseaux sanguins pendant la croissance.

En outre, une fatigue inexpliquée, un essoufflement et une sensation constante de plénitude dans les intestins peuvent apparaître, même après le processus de vidange. Plus tard, nausées et maux de tête associés à une intoxication grave du corps.

Symptômes communs

Comment se manifeste l'adénocarcinome à un stade précoce? Malheureusement, les premiers symptômes se manifestent généralement aux derniers stades du développement de la tumeur, puis l’état du patient se dégrade fortement, une faiblesse grave et une fatigue rapide - même après une faible charge, le patient se sent très fatigué.

Le poids diminue rapidement - alors qu'il mange normalement. Plus tard, l'appétit est perdu et ne veut pas manger du tout. Peau sèche et muqueuses, pâleur générale. Tout cela est dû à une intoxication grave liée à la vie de la tumeur et à des saignements abondants.

Symptômes du cancer du canal anal

  • On peut trouver du sang écarlate dans les masses fécales, ce qui peut indiquer la présence d'hémorroïdes, mais il peut y avoir un écoulement muqueux et purulent de l'anus par la suite, et il s'agit d'un cancer.
  • La tumeur se propage également aux extrémités nerveuses les plus proches, ce qui provoque des douleurs dès la défécation. Ensuite, la douleur s'intensifie et le bas-ventre commence à faire mal.
  • La constipation est une cause assez commune, due à une tumeur dilatée à l'intérieur des intestins. La perméabilité des masses fécales s'aggrave. Si la tumeur se développe davantage, cela peut conduire à un blocage complet et à la survenue d'une péritonite fécale.
  • Il semble constamment au patient qu'il souhaite aller aux toilettes et, après l'acte de défécation, rien ne se passe, à l'exception de quelques purulents et saignements. En même temps, le patient est constamment stressé par insatisfaction - il lui semble constamment qu’il contient une sorte de corps étranger.
  • Anal démangeaisons avec décharge.
  • Si la tumeur touche le tissu musculaire le plus proche, il existe une incontinence de gaz et de matières fécales - une insuffisance de la pulpe anale.
  • Une obstruction intestinale se produit et l’intoxication augmente en raison de l’abondance des selles.

Symptômes du cancer ampulaire

  • Dans les selles, il y a des impuretés étranges.
  • L'incontinence.
  • Constipation et diarrhée.
  • Si la tumeur se développe dans la vessie, il peut alors exister une fausse envie d’uriner.
  • Chez les femmes qui développent une fistule rectale kystique, des excréments peuvent être libérés du vagin.
  • Une occlusion intestinale se développe assez rarement.

Symptômes du cancer rectosigmoïde

  • Écoulement muqueux dans l'acte de défécation.
  • Constipation
  • Ballonnements de l'abdomen gauche.
  • Vomissements.
  • Obstruction intestinale due à une tumeur élargie.
  • Douleur abdominale.

Chez les femmes

Le cancer commencera en premier lieu à toucher les ganglions lymphatiques, puis prendra les organes les plus proches. Très souvent, le cancer se propage à la vessie et à l'utérus. Dans le même temps à partir du vagin avec le développement de la fistule rectovaginale va commencer à être attribué des gaz et des caillots fécaux.

Chez les hommes

La pélonéphrite peut se développer lorsqu'une tumeur infecte la vessie et que les gaz et les matières fécales des intestins peuvent y parvenir. Un des symptômes - je veux toujours aller aux toilettes, et plus tard, avec une forte défaite, une infection se développe.

Comment distinguer des hémorroïdes?

Avec le cancer, bien sûr, du sang écarlate peut être libéré, ainsi que des hémorroïdes, mais vous devez tenir compte du fait que le sang pénètre dans les matières fécales, lors d'un acte de défécation, lors d'une hémorragie et que la tumeur devient plus foncée et que les caillots sont dans les matières fécales antérieures. les matières fécales

Avec les hémorroïdes, il n'y a pas de sécrétions d'argile ni de mucus. Dans les hémorroïdes, les masses de selles ont la même forme que lors de la défécation saine, et dans une tumeur, en augmentant le néoplasme lui-même, les selles ont la forme d'un ruban. En outre, avec le cancer de l'intestin, la température augmente périodiquement.

Carcinome épidermoïde du rectum

Le cancer de l'intestin se développe à partir de cellules épithéliales plates atypiques. Le cancer lui-même ressemble à un ulcère dont les bords sont déchirés. C'est une tumeur très agressive qui métastase rapidement aux ganglions lymphatiques les plus proches.

Stades du cancer de l'intestin et pronostic

La tumeur maligne elle-même se développe assez longtemps et la maladie est retardée de plusieurs années. En même temps, les cellules malignes commencent à se développer et à germer. On ne peut parler de prédiction et de thérapie qu'après avoir identifié le stade de la tumeur.

Étape 1

Le cancer lui-même à un stade précoce a une petite taille - jusqu'à 2 cm. Les cellules du cancer ont une forme claire et ne s'étendent pas au-delà de la muqueuse rectale. La maladie identifiée à ce stade est traitée dans 80% des cas. Cela dépend aussi du degré de différenciation de la tumeur.

Étape 2

Dans la deuxième étape, les métastases peuvent déjà apparaître dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Dans ce cas, la tumeur elle-même a une taille de 5 cm et occupe la moitié de l'intestin interne. S'il y a des métastases, le taux de survie est de 70%, sinon 75%.

Étape 3

Fondamentalement, la pathologie est détectée à ce stade. Les métastases peuvent se propager aux ganglions lymphatiques les plus proches et aux organes internes: vessie, utérus, prostate. Le taux de survie est de 40-50%.

Étape 4

À mesure que la tumeur se développe, les vaisseaux sanguins sont endommagés et des saignements internes permanents apparaissent. De plus, la métastase entraîne la défaite de tous les ganglions lymphatiques et organes voisins. Par la suite, il est distribué à tous les organes humains. Le pourcentage de survie à 5 ans chez les patients avec ce diagnostic n'est pas enregistré. Au dernier stade, il peut se propager et se transformer en cancer du côlon.

Diagnostic du cancer colorectal

En fait, il est actuellement possible d'identifier le cancer à n'importe quel stade, mais le problème est que les patients sont traités principalement en phase 2 et 3, alors que la tumeur est déjà en développement. Laissez-nous examiner toutes les méthodes de diagnostic qui vous permettent d'identifier le cancer malin:

  1. Pour commencer, le médecin écoute le patient et rédige une liste de plaintes. Il prend également en compte le mode de vie du patient, ses mauvaises habitudes, sa nutrition et son type d'activité.
  2. Suivant est l'examen du patient avec une palpation de l'abdomen.
  3. Le médecin effectue une étude du rectum.
  4. La livraison de l'urine et des matières fécales, ainsi que du sang pour l'analyse générale et la biochimie.
  5. Procédure de coloscopie. Si une tumeur est découverte, le médecin prélève un échantillon de tissu cancéreux pour une biopsie.
  6. Ensuite, le patient est envoyé à la radiographie.
  7. Si la présence d'un cancer est confirmée, des tests sanguins supplémentaires sont effectués pour les marqueurs tumoraux.
  8. IRM, scanner et échographie de la cavité abdominale.

Traitement du cancer colorectal

En général, dans le traitement du cancer en utilisant un traitement complexe avec plusieurs méthodes. L'intervention chirurgicale est principalement utilisée, ainsi que pour le traitement adjuvant: chimiothérapie et radiothérapie.

Une opération est généralement effectuée pour retirer une tumeur des tissus et des ganglions lymphatiques les plus proches. Pour la perméabilité intestinale, imposer une anastomose primaire. Bien sûr, tout dépend de l'étendue des dommages causés à la tumeur elle-même. L'intervention chirurgicale n'est pas utilisée au stade 4, alors que les métastases se propagent déjà dans tout le corps.

La chimiothérapie est généralement utilisée comme traitement supplémentaire après une intervention chirurgicale pour enlever une partie du rectum. Ensuite, des produits chimiques sont injectés dans le corps humain dans le but de détruire les cellules cancéreuses restantes et de contrôler les rechutes.

La radiothérapie peut être appliquée avant une intervention chirurgicale pour réduire la taille de la tumeur et réduire son taux de croissance. Parfois utilisé pour des patients sans espoir afin de réduire leurs souffrances.

Est-il possible de se passer de chirurgie? En fait, probablement pas, puisqu'il s'agit du type de traitement principal. Vous devez comprendre que la chimiothérapie et la radiothérapie ne donnent pas 100% du résultat et ne détruisent pas toutes les cellules cancéreuses - c'est pourquoi il est nécessaire de retirer la tumeur à temps avec tous les tissus endommagés.

Quelle est la durée de vie des patients atteints d'un cancer du rectum? Tout dépend du moment exact où le cancer a été découvert et du traitement suivi.

Prévention

  • Certaines maladies du rectum fournissent des motifs pour la poursuite du développement du cancer. C'est pourquoi vous ne devez pas retarder le traitement: hémorroïdes, fistule, fissures anales, etc.
  • Prévenez la constipation et consultez un médecin quand ils apparaissent fréquemment.
  • Mangez moins de viande rouge et de malbouffe. Essayez de manger plus d'aliments végétaux.
  • Essayez d'éviter l'alcool et le tabagisme, ainsi que l'exposition aux produits chimiques.
  • Essayez de bouger plus et de mener une vie active.
  • Il est nécessaire de subir un examen médical une fois par an et de passer un test sanguin général et biochimique.